Le rugby amateur à nouveau dans la tourmente à Biarritz

  • Le rugby amateur à nouveau dans la tourmente à Biarritz
    Le rugby amateur à nouveau dans la tourmente à Biarritz
  • Le rugby amateur à nouveau dans la tourmente à Biarritz
    Le rugby amateur à nouveau dans la tourmente à Biarritz
Publié le

Lundi, Serge Blanco s’est fait exclure de l’association Biarritz olympique après avoir convoqué une assemblée générale, pour révoquer les Galactiques de la tête de celle-ci. Dans la foulée, Nicolas Brusque a été élu à la présidence du rugby amateur. Mais les Galactiques, qui pointent du doigt des irrégularités, ont porté l’affaire devant le tribunal. La justice doit rendre sa décision le 19 avril.

Le début de semaine a été agité à Biarritz où, une nouvelle fois, le volet extra-sportif a largement pris le dessus sur l’actualité rugby. Lundi soir, Serge Blanco avait convoqué une assemblée générale ordinaire. Après avoir réuni un quart des membres de l’association Biarritz olympique, l’ancien arrière du club basque souhaitait révoquer le bureau en place, composé des Galactiques des années 2000, qu’ils se nomment David Couzinet, Imanol Harinordoquy, Jérôme Thion ou Dimitri Yachvili.

Président du rugby amateur, David Couzinet avait rapidement pointé du doigt des "irrégularités" dans la convocation lancée par Blanco. "Il y a des personnes qui ont signé, qui ne sont pas membres de l’association. On a des personnes mineures qui ont signé et certaines personnes ne savent même pas ce qu’elles ont signé", avait-il dit, chez nos confrères de France Bleu. Cependant, l’assemblée générale a bien eu lieu, lundi soir, et environ 80 personnes se sont réunies au "Txik Txak", le restaurant tenu par Sotele Puleoto. David Couzinet ou les autres Galactiques n’étaient pas là, contrairement à Jean-Baptiste Aldigé, président de la SASP.

Blanco exclu, la justice sollicitée

C’est Serge Blanco qui a dirigé l’Assemblée. Après un premier vote où 217 personnes se sont prononcées pour la révocation des dirigeants actuels (5 voix contre), Blanco a appris qu’il avait été exclu de l’association par les Galactiques un peu plus tôt, après que ces derniers ont lancé une procédure disciplinaire à son encontre la semaine dernière. L’ancien arrière du club basque a alors quitté la salle et un nouveau vote a eu lieu, avec Nicolas Brusque aux commandes. Cette fois, 204 personnes ont voté pour la révocation du bureau actuel (0 contre), puis la "liste Brusque", composée de ce dernier, Laurent Mazas, Lou Ainara Dibarboure Goyenetche et Philippe Palau, a été élue. La suite de l’histoire s’est déroulée au tribunal.

En effet, le lendemain matin, les deux camps avaient rendez-vous devant la justice. Pour cause, la juge des référés avait été saisie, quelques jours plus tôt, par les Galactiques, pour relever les irrégularités de la convocation lancée par Serge Blanco. Mardi, ils ont également sollicité "la suspension des effets des décisions prises" pendant l’AG de la veille, où leur révocation et la nomination d’un nouveau bureau avaient donc été votées.

Brusque : "Retrouver une discussion avec le secteur professionnel"

La juge des référés n’a finalement pas répondu favorablement aux demandes des Galactiques et a mis sa décision en délibéré au 19 avril prochain. En clair ? Dans l’attente, Nicolas Brusque est président de l’association du Biarritz olympique. "Aujourd’hui, tout ce qui a été reproché par l’ancien bureau était faux : le fait de ne pas pouvoir faire d’AG, le fait de remettre en question la légitimité des votes, le fait de remettre en question Serge Blanco sur la façon dont il a procédé… D’ailleurs, la seule solution qu’ils avaient trouvée était de le sortir. Ça prouve bien qu’ils étaient dans une position assez inconfortable", a déclaré Brusque dans la foulée.

Mardi soir, ce dernier s’est réuni avec son nouveau bureau. Sans surprise, il a été élu président. Lou Dibarboure Goyenetche (vice-présidente), Laurent Mazas (secrétaire) et Philippe Palau (trésorier) occupent les autres fonctions. Rapidement, Nicolas Brusque, qui entretient de bons rapports avec le président Aldigé, a fait part de sa volonté d’apaisement avec la SASP. "Nous voudrons retrouver une discussion avec le secteur professionnel. On se rend bien compte que le dernier bureau n’était pas là pour faire avancer l’amateur, mais pour contrer le secteur pro. On peut être en désaccord, et même avoir des visions différentes, mais il ne faut jamais couper la discussion.", a-t-il affirmé.

Reste à savoir, désormais, quelle décision finale prendra la juge dans deux semaines. Confortera-t-elle le nouveau bureau ? Le remettra-t-elle en question ? Que feront, de leur côté, les Galactiques (qui n’ont pas souhaité s’exprimer) ? Affaire à suivre…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Chabalou Il y a 2 mois Le 08/04/2022 à 23:30

J ai jamais compris ce bras de fer amateurs et pro. Et la puissance de nuissance des amateurs. Et leur objectif. Depuis des années c'est trop politique malheureusement zu détriment du club