Les forces du Basque Usarraga

  • Pro D2 - Le troisième ligne Asier Usarraga.
    Pro D2 - Le troisième ligne Asier Usarraga. Icon Sport - Pierre Costabadie
Publié le

Dans sa dernière ligne droite, en quête d’une deuxième place, l’Aviron bayonnais peut compter sur le retour en forme du troisième ligne Asier Usarraga. L’un des joueurs clés de cette fin de saison.

Comptez sur lui pour porter haut les couleurs du Pays basque et de l’Aviron. Le Basque de Saint-Sébastien ne déçoit jamais. Pierre-Henry Broncan a vu juste en l’engageant pour les trois prochaines saisons à Castres. Il tenait coûte que coûte à ce joueur. S’il veut rester discret sur ce transfert, clause de confidentialité oblige, Asier Usarraga n’est pas homme à quitter sa région natale sans y laisser son empreinte. "Ma motivation est grande pour être champion de France ! Pour monter en Top 14. Après ce qu’il s’est passé l’année dernière, on est tous très revanchards. On a l’envie de laisser l’Aviron là où il mérite d’être." Ils sont douze dans son cas, en fin de contrat. Cet état de fait peut-il entraver la marche de Bayonne vers son objectif de remontée ? "Pour moi, il est important de laisser un bon souvenir, précise le troisième ligne. Que tout le monde dise : "Tiens, lui, il a été là jusqu’au bout. Il a tout donné." Tous les joueurs, même ceux qui partent, sont très soudés par cet objectif de Top 14. On en discute souvent. On est tous embarqués dans cette aventure commune d’effacer la saison dernière."

Le troisième ligne de 27 ans va donc jeter sa force exceptionnelle, qu’elle soit physique ou mentale, dans cet ultime objectif. Ses qualités de gratteur, un rôle dans lequel il ne veut pas toutefois rester enfermé, en font un élément primordial dans l’effectif pourtant pléthorique de l’Aviron. "J’aime beaucoup cet aspect du jeu, précise-t-il. C’est le point fort qui me permet d’aider l’équipe. Avec les années, j’essaie d’améliorer tous les compartiments de mon poste Mais quand j’étais jeune, je regardais beaucoup les troisième lignes dans ce rôle. C’est ce qui m’attirait. Il faut avoir de la technique mais c’est dur physiquement, surtout quand, en face, ils savent que tu es un bon gratteur."

Asier Usarraga a commencé le sport qu’il savait être fait pour lui à 6 ans à Bera Bera, près de Saint-Sébastien. Après avoir bifurqué pour le basket, le hockey sur gazon, il est revenu au rugby à l’Atletico San Sebastian, avant de rejoindre Biarritz en Crabos. Le voilà aujourd’hui joueur de Top 14, même s’il se trouve par accident en Pro D2. Un rêve qu’il a toujours poursuivi. "J’ai beaucoup travaillé pour cela, pendant de nombreuses années, avec constance, depuis que j’avais perçu la possibilité de devenir professionnel."

Dernière à Jean-Dauger

S’il monte d’un cran parfois en deuxième ligne, sa préférence va pour les numéros 6 ou 7. Poste qu’il occupera contre Bourg, début de la mission reconquête des deux premières places. Il compte bien prendre part dans cette fin de saison passionnante qui pourra l’emmener vers le Graal. "Les phases finales sont des moments spéciaux auxquels on veut participer et en vainqueurs surtout. Ils seront des souvenirs. Une grande opportunité pour tout le monde de vivre ces instants. Ça va être compliqué. Nos derniers matchs sont difficiles. Mais on a montré notre niveau contre Oyonnax, contre Mont-de-Marsan en deuxième mi-temps. On a le potentiel pour y arriver."

Asier Usarraga prend rendez-vous à Jean-Dauger, sa dernière dans ce stade, pour les demi-finales. L’Aviron peut compter sur lui et sa détermination.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?