Martin Dulon, l’attaquant barbier de l’USC

  • Pro D2 - Martin Dulon (Carcassonne) casse le rideau columérin
    Pro D2 - Martin Dulon (Carcassonne) casse le rideau columérin Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

Titulaire à l’aile et au centre, Martin Dulon assure avec succès le remplacement de Jordan Puletua au centre de l’attaque. Ce soir il évoluera face à nevers à l’aile de l’attaque.

Au sein de la confrérie des joueurs professionnels, Martin Dulon a plusieurs cordes à son arc. Le Girondin d’origine formé à l’école de rugby de Cénac, passé ensuite par les sections jeunes de l’Union Bordeaux-Bègles avec lequel il a orné sa carte de visite d’un titre de champion de France Alamercery en 2016, a la particularité d’être diplômé de l’école de coiffure. Au terme de sa carrière rugbystique, son avenir est tout tracé, il a pour projet d’ouvrir un salon. Mais avant de jouer du ciseau, Martin joue avec succès au sein de la ligne de la ligne d’attaque carcassonnaise à l’aile ou au centre depuis l’année 2020, date de son arrivée dans la préfecture audoise. Au cours de cette saison, il peut être légitimement satisfait, il compte dix-neuf feuilles de match dont dix-huit comme titulaire avec en prime un essai inscrit face à Aurillac lors de la septième journée. Pour le déplacement à Nevers, il va évoluer à l’aile de l’attaque. Il avoue toutefois qu’il affectionne le numéro 12 et 13. "J’ai beaucoup de sensations à ce poste, précise-t-il. À l’UBB, j’ai été formé et orienté à ce poste. C’est au centre que j’ai été international U18. J’apprécie également la présence de Guillaume Martocq à ce poste. Tous deux, nous nous entendons très bien. Jeudi dernier face à Colomiers, notre entente a parfaitement fonctionné. Défensivement, on se complète et on se comprend."

Une quatrième place à défendre

Ce soir, Guillaume et Martin ne seront pas associés. Martin se flatte tout de même d’être titulaire. Pour ce déplacement chez un autre candidat à la qualification, il ne cache pas la difficulté de la tâche. "Le match aller avait été très dur. J’ai le souvenir qu’on s’impose 26 à 25 dans les dernières minutes. Ce soir, nous savons que Nevers sera revanchard. Mais, nous avons une quatrième place à défendre. L’an dernier, on a achevé le championnat à la septième place, c’est la position la plus ingrate. Nous sommes nombreux à ne pas vouloir revivre la même aventure." On a bien compris que l’USC, a une idée derrière la tête ce soir au Pré Fleuri.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?