Montpellier : un huitième en guise de tremplin

  • Un huitième en guise de tremplin
    Un huitième en guise de tremplin
Publié le

Comme ce fut le cas la saison dernière, l’épisode européen doit servir de tremplin au MHR en vue de la fin de saison.

Il est toujours bon, à l’approche d’un match décisif, de se souvenir des belles choses. Des titres, des évènements fondateurs de l’histoire d’un club. Aussi, certains Cistes ressortiront peut-être une vieille photo du titre européen remporté en 2016. Pourquoi ? Parce que cette finale de Challenge Cup, les Héraultais l’avaient remportée face à ces mêmes Harlequins (26-19), sur la pelouse du Groupama Stadium de Lyon. Certains s’y reconnaîtront. Mais il faut admettre qu’ils ne sont plus très nombreux : on peut citer l’emblématique flanker Fulgence Ouedraogo, le deuxième ligne Paul Willemse, le pilier Mikheil Nariashvili qui étaient tous les trois titulaires, ainsi que Benoît Paillaugue (dont le retour à la compétition est imminent, lire ci-dessous) et Kélian Galletier qui sont entrés en jeu.

Ils ne sont plus que cinq, donc. Les Steyn, Nagusa, Qera, Spies, White, Mogg (auteur des deux essais de son équipe ce soir-là), Fall, les trois Du Plessis (les frères Jannie et Bismarck, ainsi que le deuxième ligne Jacques), Tuitavake, Catrakilis (auteur de seize points au pied) et O’Connor – pour ne citer qu’eux - sont partis, au point que certains paraissent être des souvenirs lointains. Depuis, le club a bien changé : "Il ne reste plus beaucoup de joueurs de 2016… Non, 2016 ne sera pas mon angle de motivation", balayait cette semaine le manager Philippe Saint-André. Et le MHR a changé en bien, aussi. Il a soulevé à nouveau la Challenge Cup. C’était l’année dernière. Un titre au milieu d’unesaison aussi éprouvante que sublime. Un titre qui lui a offert un précieux sésame : celui de la grande Coupe d’Europe, celle qui fait rêver tous les plus grands clubs européens, dont le MHR : "C’est la plus grande compétition d’Europe même si cette année, elle a été un peu atypique en raison de la covid, des matchs annulés, reportés, gagnés ou perdu sur tapis vert", rappelait "PSA". Mais Montpellier voit plus loin.

Car il sait qu’en dépit de son immense potentiel, le MHR est conscient qu’il n’est pas encore un grand d’Europe. Ce dimanche, le club héraultais ne disputera que son deuxième match de phase finale de Champions Cup, après le quart perdu face à Clermont en 2013 : "Ce qui est intéressant pour nous, c’est que nous allons jouer les champions d’Angleterre et ce sur deux matchs. C’est une façon de progresser en tant qu’équipe. De progresser aussi en termes d’expérience pour le groupe car nous allons aligner deux équipes cohérentes mais nous allons diviser pas mal de joueurs sur les deux confrontations."

Plus de 10 000 personnes au GGL Stadium

Cette fois, le MHR figure en phase finale. Et il compte bien saisir cette opportunité : "On entre dans les phases finales, pose Saint-André. Les joueurs le savent et après ce qu’ils ont vécu la saison dernière, ils vont prendre un plaisir énorme à jouer. Les Harlequins vont nous proposer énormément de volume de jeu, de vitesse… Ils viennent de coller quarante points à l’extérieur face aux London Irish qui font une très belle saison." La méfiance est de mise.

Mais comme ce fut le cas la saison dernière, l’épisode européen peut être un tremplin pour le MHR en vue de la fin de saison du Top 14, d’autant que l’effectif enregistre plusieurs retours : "Nous retrouvons des joueurs, appréciait Saint-André. Geoffrey Doumayrou devrait rentrer dans le groupe, de même que Handré Pollard et Florian Verhaeghe. Yacouba Camara devrait reprendre la semaine prochaine. À nous d’être intelligents pour aligner deux équipes les plus compétitives possibles, tout en gérant l’effectif pour redonner du temps de jeu à ceux qui en ont besoin, tout en en reposant d’autres." Montpellier oscille donc entre gestion et ambition. En tout cas, tous les ingrédients sont réunis pour une belle fête : "On annonce plus de 10 000 personnes au stade. Le public de Montpellier ainsi que les Anglais ont répondu présents, cela va être une belle journée de rugby." Alors vivement dimanche !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?