Pro D2 - La Colombe entre deux eaux

  • La victoire contre Narbonne a eu du bon pour Colomiers, mais le bonus offensif oublié en cours de route sera important
    La victoire contre Narbonne a eu du bon pour Colomiers, mais le bonus offensif oublié en cours de route sera important Icon Sport - Icon Sport
Publié le

La victoire contre Narbonne a eu du bon pour Colomiers, mais le bonus offensif oublié en cours de route sera important. Il oblige, dès vendredi, les Columérins à faire un résultat à Vannes.

Et si les quatre points de la victoire n’étaient pas suffisants ? Et si la sixième place conservée et même l’écart agrandi de trois points avec la concurrence ne pouvaient pas satisfaire les Columérins ? Eh bien au vu de la rencontre, on les comprendrait. Valentin Saurs était le premier à exprimer sa « frustration » : « C’est le cas de tout le monde ce soir. Sans manquer de respect à Narbonne, nous avions des intentions. Et si on veut espérer se qualifier et bien figurer, il faut assumer. » Très rapidement, la domination columérine était notable. Surtout au large, où les espaces étaient nombreux. Campagnaro, Girard ou Rokoduguni en profitaient pour s’y faufiler. De plus, si les Columérins ont mis du temps à concrétiser leur avance (le score était de 7-0 à la pause), ils menaient de 24 points avant l’heure de jeu. C’est pourquoi les regrets sont grands quant au bonus offensif.

« Ce point-là va nous manquer à la fin de la saison »

Auteur d’un essai et décisif dans celui de Thomas Dubois grâce à un coup de pied pour lui-même, l’ailier ne se satisfaisait pas de sa copie individuelle : « Je regarde surtout la prestation collective. On aurait dû prendre le bonus offensif. Ce point-là en moins va nous manquer à la fin de la saison. » On ne saura jamais si le retour au score des visiteurs est dû à un relâchement des partenaires d’Anthony Coletta ou plutôt à un sursaut d’orgueil des Audois. Ceux-ci auront eu le mérite de se rebiffer alors que l’issue du match était déjà connue. Pierre Nueno relançait les siens, après une combinaison collective provoquée par un pivot de Pascal Cotet devant la défense. Après la sirène, Paul Belzons récompensait la percée d’Étienne Ducom. « Ce retour est un peu à l’image du groupe cette saison, analysait l’entraîneur des avants narbonnais Brice Mach. Il est toujours là. Même si c’est Colomiers, un prétendant à la montée, nous avons tenu pendant quatre-vingts minutes. Bien sûr, il y a des failles, des défauts, mais il y a aussi des points encourageants. Le groupe n’a pas lâché et a réagi par rapport au week-end dernier. Les joueurs ont réussi à s’adapter, à l’image des ballons portés bien mieux maîtrisés après la mi-temps. » Pour Colomiers au contraire, le bilan est lourd. Youssef Saaidia et Johan Deysel, blessés, ont dû quitter leurs coéquipiers, tout comme Hugo Pirlet, victime d’une commotion. Pour Hikawera Elliot et Beka Sheklashvili, les ischio-jambiers sont touchés de manière sévère. Ce qui jette le doute sur le groupe en vue du prochain déplacement à Vannes, qui était ciblé par le staff. Décidément, la fin de saison sera à l’image de l’hiver columérin…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?