Pro D2 - Une victoire sur fond de maintien pour Agen

  • Le SU Agen devait gagner pour s’offrir une fin de saison plus tranquille. Cela a été fait, avec la manière.
    Le SU Agen devait gagner pour s’offrir une fin de saison plus tranquille. Cela a été fait, avec la manière. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le SU Agen devait gagner pour s’offrir une fin de saison plus tranquille. Cela a été fait, avec la manière. Désormais, il reste quatre journées pour finir en beauté. Pour Rouen, le salut passera par le jeu.

Comme d’habitude, un climat de tension pesait sur Armandie avant la rencontre. S’il perdait, le SUA se mettait en grande difficulté. Dans le cas contraire, il s’offrait un énorme bol d’air frais. De plus, le forfait de dernière minute de Kolinio Ramoka, principale arme offensive de cette équipe, n’était pas fait pour rassurer les supporters. Heureusement, ces derniers ont vite été rassurés par l’entame de match parfaite de leur équipe. Emmenés par une excellente charnière, les Agenais ont très vite pris leurs distances. De manière définitive. « C’était une petite finale pour les deux équipes. J’espère que cela va nous offrir un peu de répit et qu’on va pouvoir construire pour la suite désormais », analyse Christophe Deylaud, qui coachait son avant-dernier match à Armandie. Celui-ci salue d’ailleurs l’envie avec laquelle ses joueurs ont démarré le match : « Il n’y a pas grand-chose à dire là-dessus. Contre le vent, on a maîtrisé la première mi-temps. On a scoré quand il le fallait. C’est très bien, d’autant plus avec cette pression et le résultat qu’il nous fallait absolument. »

Grâce à ce point de bonus offensif, Agen peut désormais voir venir. Il compte quatorze unités d’avance sur Bourg-en-Bresse, dix sur Rouen, et a même devancé Vannes et Grenoble au classement. « Cela va enfin nous permettre de jouer libérés lors des quatre prochains matchs je pense car nous avons un pied et quatre orteils en Pro D2 », réagit Loris Tolot, très bon vendredi. Et effectivement, après deux saisons extrêmement compliquées, il sera intéressant de voir cette équipe jouer relâchée contre des ténors du championnat.

Rouen a des qualités à faire valoir

Si les Agenais ont quasiment, sauf cataclysme, assuré leur maintien en Pro D2, ce n’est pas encore fait pour Rouen. À quatre matchs de la fin, l’écart est encore infime avec les Bressans. En ce sens, Renaud Dulin regrette que son équipe n’ait pas su répondre dans l’entame. « Cette première mêlée me laisse des regrets. Car si on marque alors que nous sommes en position favorable, ce n’est pas le même match. Sauf qu’on ne le fait pas, qu’on recule de quarante mètres sur toutes nos offensives et qu’on rentre dans le match à la 30e , s’agace-t-il.

Toutefois, les Normands ont montré qu’ils avaient de belles dispositions offensives. Notamment grâce à l’explosivité des ailiers Megdoud et Tuatagaloa. Cette formation a les joueurs pour se maintenir. Mais cela passera évidemment par une grande performance la semaine prochaine contre Provence à domicile. Un tournant sans doute dans cette course au maintien. Mais les Rouennais ont leur destin en main pour offrir un beau dénouement à cette saison cruelle.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu VICH
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?