Champions Cup - Une gestion qui devrait payer pour Montpellier

  • Zach Mercer célèbre son essai avec ses coéquipiers montpellierains
    Zach Mercer célèbre son essai avec ses coéquipiers montpellierains Icon Sport - Alexandre Dimou
  • Zach Mercer célèbre son essai avec ses coéquipiers montpellierains
    Zach Mercer célèbre son essai avec ses coéquipiers montpellierains Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

Face au calendrier démentiel qu’il doit affronter, le MHR soigne la gestion humaine de ses joueurs. On en a eu un premier exemple ce dimanche.

À Montpellier, on compte avec précaution toutes les minutes que les joueurs passent sur le terrain. On l’a compris quand le manager Philippe Saint-André a déclaré ceci, l’air presque embêté : «Geoffrey Doumayrou faisait son retour après cinq mois d’absence, on voulait le faire jouer 50 minutes. Il en a finalement joué 59.» Beaucoup penseraient que jouer neuf minutes de plus, ce n’est pas bien grave. Mais ce serait une erreur car le staff est bien obligé de gérer avec minutie ces temps de jeu pour remporter ce marathon qu’est une saison de rugby professionnel, surtout quand vous êtes engagé sur deux compétitions. Comme d’autres équipes, le MHR n’a pourtant pas été épargné par les blessures cette saison et doit s’adapter en conséquence, comme l’indiquait le manager Philippe Saint-André : «Nous avons terminé la rencontre avec quatre deuxième ligne sur le terrain, ainsi qu’une ligne d’attaque profondément modifiée.» C’est vrai. Peu après l’heure de jeu, le pack du MHR comptait Paul Willemse et Bastien Chalureau dans la cage, avec Nicolas Janse Van Rensburg et Florian Verhaeghe sur les flancs. Derrière, les Cistes ont terminé la rencontre avec Anthony Bouthier à l’ouverture et Handré Pollard en premier centre. Rien d’exubérant bien sûr, car tous ces joueurs sont polyvalents. Mais heureusement qu’ils le sont, car cela facilite grandement le travail du staff qui peut en préserver d’autres. Les Mercer, Garbisi ou Doumayrou n’ont pas eu à jouer 80 minutes.

Une deuxième équipe prévue pour Londres

Le manager Philippe Saint-André l’avait annoncé dans la semaine : «Nous alignerons une équipe performante, mais nous devons gérer notre groupe pour donner du temps de jeu à ceux qui en ont besoin et en faire reposer d’autres » C’est ainsi que Kélian Galletier fut titularisé, permettant à Alexandre Bécognée de souffler un peu. «Nous avions aujourd’hui deux talonneurs, nous en aurons deux autres pour nous déplacer chez les Harlequins», ajoutait "PSA". Entendez par là que Guilhem Guirado et Jérémy Maurouard seront du voyage à Londres tandis que Brandon Paenga-Amosa et Vincent Giudicelli resteront à Montpellier. Comme d’autres. Montpellier jongle donc entre ambition et gestion. Et on le comprend, car la fin de saison des Cistes est particulièrement dense : sur les quatre dernières journées de Top 14, les Cistes n’affronteront que des prétendants à la qualification. L’Union Bordeaux-Bègles, Lyon, le Racing et Clermont. C’est bien connu : qui veut voyager loin, ménage sa monture…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Simon Valzer
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?