Toulouse : un score à remonter, les joueurs le sont déjà

  • Rien n’est perdu pour les Toulousains de Thomas Ramos qui peuvent toujours se qualifier lors du match retour.
    Rien n’est perdu pour les Toulousains de Thomas Ramos qui peuvent toujours se qualifier lors du match retour. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Alors que certaines décisions de M. Barnes ont fait débat et furent en défaveur des Toulousains, ces derniers ont choisi de ne pas s’appuyer sur cet élément pour renverser la situation à Belfast.

Un constat : Toulouse, battu de six points (20-26) à domicile par l’Ulster en huitième de finale aller de Champions Cup, est en ballottage défavorable avant le retour. La faute aux coups du sort venus enrayer une machine rouge et noire séduisante au Stadium. "Cela ne s’est pas joué à grand-chose, observe Antoine Dupont. Des rebonds à pas grand-chose, des jeux au pied directs en touche à pas grand-chose, un essai refusé pour pas grand-chose." Référence à l’action sublime de la 48e minute, conclue par Matthis Lebel, mais annihilée à la vidéo par un léger en-avant. De façon générale, s’il n’y a rien à dire sur l’expulsion de Juan Cruz Mallia à la 11e minute ("ce n’est pas à la hauteur des phases finales, ne pas maîtriser son geste est une lourde erreur", selon Ugo Mola), l’arbitrage de Wayne Barnes fut au cœur des discussions, surtout pour les supporters toulousains d’ailleurs, frustrés notamment par le quatrième essai nord-irlandais où la suspicion de hors-jeu était forte. "D’après les images, il y a vraiment débat mais ce n’est pas le moment de parler d’arbitrage ou de faits de jeu contraires, expliquait Mola. On a souvent fait partie des équipes qui avaient les faits de jeu en leur faveur. On ne va pas se plaindre le jour où ce n’est pas le cas." Il y eut aussi cet en-avant assez évident au départ de l’action sur le deuxième essai adverse. "Il n’est pas "checké", reprend le technicien. C’est la vie. Je ne remets pas en cause l’intégrité et l’honnêteté de M. Barnes car on a la chance d’avoir des arbitres comme ça même si, aujourd’hui, les choses ne paraissent pas tourner dans notre sens. Je ne vous cache pas que j’aimerais être arbitré plus régulièrement ainsi."

Le levier ? Pas l’arbitrage en tout cas

En clair, si les Stadistes sont apparus remontés après la rencontre, cela avait à voir avec leurs dix dernières minutes de folie, plus que les décisions du directeur de jeu. Concernant l’interception, Dupont disait : "C’est très limite sincèrement, mais si je n’allonge pas la passe, ça n’arrive pas. Je préfère retenir la réaction du groupe après cet essai encaissé." Même son de cloche chez son manager : "La frustration, la revanche ou les sentiments négatifs, cela n’attire rien de bon au final. Si on s’acharnait sur l’arbitrage ou les faits de jeu, on ferait fausse route et on donnerait trop de grain à moudre à nos détracteurs. Le seul levier que j’ai, c’est celui de mon équipe. On va se mettre en ordre de marche pour essayer de faire un exploit, comme on l’a fait l’an dernier au Munster."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?