Tournoi des 6 Nations féminin - Les Bleues par à-coups en Ecosse

  • Avec deux essais, Laure Sansus a encore porté les Bleues avant de sortir blessée.
    Avec deux essais, Laure Sansus a encore porté les Bleues avant de sortir blessée. Julien Poupart
Publié le

Troisième victoire pour les Françaises qui ont réussi à faire la différence pendant la première période avant de contenir la révolte écossaise. Tout n’a pas été parfait mais les Françaises sont toujours en course pour le grand chelem.

Troisième match, troisième victoire pour l’équipe de France féminine qui continue son parcours sans faute dans ce Tournoi des 6 Nations. Si les résultats permettent aux Françaises de croire toujours à la victoire finale, avec un troisième succès bonifié et une défense toujours aussi intraitable avec seulement huit points encaissés (dix-neuf en trois matchs), il n’est pas certain que les Bleues repartent d’écosse avec le sentiment du travail bien fait. En effet, les coéquipières de Gaëlle Hermet ont assuré l’essentiel sans pour autant se rassurer sur leur capacité à augmenter leur niveau de jeu avant un nouveau déplacement au pays de Galles lors de la prochaine journée et surtout avant la confrontation tant attendue face aux Anglaises à Bayonne, dans un stade Jean-Dauger qui affiche déjà guichets fermés pour un match que tout le monde attend comme la finale de ce Tournoi des 6 Nations. En effet, les Françaises n’ont pas affiché une grande sérénité face à une équipe d’écosse pourtant en difficulté dans cette compétition et qui avait notamment été balayée par le XV de la Rose lors de la première journée (5-57). Néanmoins, Annick Hayraud, la patronne des Bleues, voulait rester positive après ce premier déplacement : "L’objectif, c’était d’obtenir trois victoires bonifiées sur ce premier bloc, c’est fait. Nous avons changé de XV départ à chaque rencontre, pour élargir le groupe car désormais les saisons sont longues. Peut-être que nous manquons d’automatismes, mais nous avons encore du temps pour corriger cela."

Beaucoup trop de fautes

Il va tout d’abord falloir se concentrer sur une indiscipline rédhibitoire, avec seize pénalités concédées. Ces fautes à répétition n’ont pas permis aux Françaises de mettre beaucoup de pression sur les écossaises qui ont donc eu la possession du ballon. Heureusement pour la France, elle peut tout de même s’appuyer sur de plus grands talents quand le collectif vacille. Ainsi, Laure Sansus a réussi à placer ses coéquipières en tête au tableau d’affichage grâce à un exploit personnel, tapant à suivre pour elle-même avant de filer sous les poteaux. Les Bleues ont aussi pu se reposer sur la longueur du jeu au pied de Jessy Trémoulière, capable de trouver trois 50/22 pour calmer l’enthousiasme des écossaises. La demie d’ouverture française était impeccable pour marquer le deuxième essai tricolore.

Malgré un écart qui se creusait, laissant présager d’une victoire sans trembler, la frustration était néanmoins grande puisque cette équipe était capable du meilleur sur quelques séquences de jeu, à l’image de l’essai de la capitaine Gaëlle Hermet, mais elle perdait trop souvent le fil de la rencontre pour se libérer totalement. Le point de bonus acquis juste avant la pause grâce à la pugnacité de la capitaine tricolore qui contrait la demie de mêlée adverse, avant que le ballon ne retombe dans les bras de Laure Sansus, venait confirmer l’efficacité des Françaises malgré un manque de maîtrise confirmé par une deuxième période où les Bleues n’ont pas inscrit le moindre point. La frustration était palpable dans les propos de Gaëlle Hermet : "Quand on est autant pénalisée, c’est difficile de riposter sur une rencontre internationale. On a dépassé le quotta permis aujourd’hui. Il faut qu’on soit plus propre dans le combat au sol. On a été mise en difficulté sur les zones plaqueurs-plaqués. Ce sont des petits détails que nous pouvons rapidement corriger mais ça nous rappelle que ce n’est jamais facile de s’imposer ici. Maintenant, on va se reposer et je pense que ça va permettre à chacune individuellement de se demander ce que l’on veut faire sur les deux derniers matchs." Gagner en régularité sur 80 minutes sera impératif.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?