Ducom, la force dont le RCN avait besoin

  • Positionné à l’aile à Colomiers, Étienne Ducom a offert un rush en toute fin de partie qui fut à l’origine de l’essai de Paul Belzons. Positionné à l’aile à Colomiers, Étienne Ducom a offert un rush en toute fin de partie qui fut à l’origine de l’essai de Paul Belzons.
    Positionné à l’aile à Colomiers, Étienne Ducom a offert un rush en toute fin de partie qui fut à l’origine de l’essai de Paul Belzons. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany - Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Après une blessure le forçant à se tenir à l’écart des terrains pendant plus de sept mois, l’ailier est aujourd’hui de retour et bien décidé à redorer l’image des Orange et Noir en cette fin de saison pour le moins compliquée.

Il n’avait que cinq ans quand il a chaussé sa première paire de crampons pour marcher dans les pas de son père. Arrivé il y a maintenant quatre ans, le Gersois d’origine n’a eu aucun mal à s’intégrer à l’effectif narbonnais et a même décidé de prolonger l’aventure pour deux saisons supplémentaires il y a de cela quelques semaines. En septembre dernier, celui qui a fait partie des grands acteurs de la montée du RCN trépignait d’impatience à l’idée de porter le petit macaron bleu sur lequel il est inscrit « Pro D2 ». Alors que Narbonne se déplaçait sur la pelouse de Provence Rugby, Étienne Ducom connaissait sa première titularisation. Mais tout ne se passera pas comme il l’avait imaginé : « Je me souviens très bien de l’action sur laquelle je me suis blessé. Sur le moment je n’ai pas réalisé. J’ai entendu craquer et je ne savais pas si c’était moi. C’est quand j’ai voulu bouger ma jambe que je me suis rendue compte que mon pied était complètement en travers et la première chose que je me suis dit c’était que cela allait être long », raconte l’ailier. Une fracture de la cheville et plus de deux cents jours loin des terrains. Il ne s’était pas trompé, ce fut long.
Après avoir fait son retour chez les Columérins ce vendredi, Étienne Ducom connaîtra sa première titularisation dans son antre aux côtés de son grand frère Pierre-Hugo Ducom : « C’est toujours encore plus plaisant de jouer avec lui. Je vais tout faire pour être au meilleur de ma forme et pouvoir espérer une victoire. Il y a toujours du stress car avec cette blessure je manque un peu de rythme et de repères mais je suis bien entouré », explique-t-il. Si l’ailier n’est pas encore en pleine possession de ses moyens, le staff narbonnais n’a pourtant pas hésité à miser sur lui.
 

« Son envie, c’est exactement ce dont l’équipe avait besoin »

En permanence à la recherche du ballon et précis dans sa lecture du jeu, le profil d’Étienne Ducom est celui d’un joueur complet qui s’investit tant offensivement que défensivement. Mais ce n’est pas la seule chose qui a penché dans la balance selon l’entraîneur de la défense : « Il n’est pas encore à 100 % physiquement mais il comble tellement par sa force mentale que finalement ça fait la différence. Il est travailleur et courageux. Son envie, sa fraîcheur et sa joie de jouer, c’est exactement ce dont l’équipe avait besoin pour bien finir la saison », assure Sébastien Logerot. « Se battre jusqu’au bout », répète Etienne Ducom, lui qui n’est pas encore rassasié, loin de là, de ce Pro D2.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?