Steeve Barry, la valeur sûre du BO

  • Steeve BARRY (Biarritz).
    Steeve BARRY (Biarritz). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Disparu des radars cet hiver, l’ailier est de retour avec le club basque. Il vient de participer aux sept derniers matchs (six titularisations) et devrait logiquement enchaîner, vendredi, face aux Wasps.

Samedi dernier, Steeve Barry a parfaitement lancé son équipe, en inscrivant le premier essai du BO face à Toulon, après seulement quatre minutes de jeu. Au passage, il a débloqué son compteur. Après avoir marqué huit essais lors du précédent exercice, il n’avait toujours pas franchi l’en-but adverse cette année. « Je me faisais un peu chambrer par les avants, se marre-t-il. Avant samedi, dans les ailiers qui jouent régulièrement, j’étais le seul à ne pas avoir marqué. »

Titulaire indiscutable l’an dernier (32 matchs, 30 titularisations), l’ancien Rochelais a démarré la saison dans la rotation, en prenant part à six des huit premières journées en Top 14, avant de disparaître des radars pendant plusieurs mois. « Je ne vais pas vous mentir, c’était un peu compliqué à vivre. C’était frustrant de ne pas pouvoir apporter sa pierre à l’édifice dans la quête du maintien », avoue-t-il. La raison ? « Steeve a peut-être payé sa saison dernière où il a beaucoup joué. Même s’il était en cannes cet été, il a eu un petit coup de moins bien et les autres se sont imposés. Nous avions alors des résultats plus favorables. Il a subi la concurrence », explique Matthew Clarkin, avant d’ajouter : « Comme d’habitude, il n’a jamais rien lâché. » Sans faire de bruit, l’international à VII a travaillé dans son coin et a attendu que le staff lui redonne sa chance. Depuis qu’il a fait son retour dans le XV titulaire (contre La Rochelle début février), il n’a plus quitté le groupe. « Désormais, je suis content de pouvoir enchaîner », savoure le garçon polyvalent, rarement décevant sur le terrain et qui fait office de valeur sûre. Vendredi soir, il sera titulaire pour la quatrième fois consécutive.
 

Plus de jeu en Challenge Cup

Face aux Wasps, les siens s’attendent à un sacré défi. « Nous sommes conscients que nous ne sommes pas les favoris. Ça sera très dur mais on va essayer de faire un bon match devant notre public », annonce-t-il. Aussi, les Rouge et Blanc voudront proposer un spectacle de qualité, à l’image de la première période réalisée face à Toulon une semaine plus tôt. « Le responsable des GPS nous a fait remarquer qu’en Coupe d’Europe, nous explosions toutes les statistiques, qu’on courait beaucoup plus qu’en championnat, raconte Barry. En fait, ça joue beaucoup plus. Il n’y a pas la pression de la descente. On se retrouve donc avec plus de jeu, davantage d’envolées et c’est plus sympa à jouer ! J’espère que l’arrivée des phases finales ne changera pas ça. Du moins, du côté de Biarritz, nous allons garder cet état d’esprit en jouant tout à fond. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo Ordas.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?