Toulouse : Pita (Ahki), c'est du pain béni

  • De retour à la compétition à l’aller après plus de deux mois d’absence, Pita Ahki a encore prouvé, malgré sa fragilité physique, qu’il était indispensable.
    De retour à la compétition à l’aller après plus de deux mois d’absence, Pita Ahki a encore prouvé, malgré sa fragilité physique, qu’il était indispensable. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

De retour à la compétition à l’aller après plus de deux mois d’absence, Pita Ahki a encore prouvé, malgré sa fragilité physique, qu’il était indispensable.

Ici, tout a été écrit sur ce joueur. Pita Ahki, on l’aime ou on l’adore. Mais, éloigné des terrains depuis son opération à un genou début février, il n’était pas question de palabrer sur lui, si ce n’est pour rappeler combien il manquait à cette ligne de trois-quarts. On dit qu’il y a un Toulouse avec ou sans Antoine Dupont. Normal, c’est le meilleur joueur du monde. C’est aussi vrai avec ou sans le All Black à 7. "En plus d’être un régulateur défensif, il a cette capacité à faire jouer les autres et se substituer au rôle de 10, expliquait un jour Ugo Mola. Il est celui qui fait la passe de plus, amène ce lien entre les structures et les hommes. Quand Pita va bien, toute la ligne de trois-quarts va plutôt pas mal." 

Voilà pourquoi, quand il est réapparu dans les séances collectives avec contact la semaine passée, se plaçant parmi les potentiels titulaires lors des oppositions, l’équipe a pris une autre dimension. Santiago Chcobares, séduisant dans ce rôle de premier centre, est trop souvent blessé pour le faire oublier. Lucas Tauzin et Sofiane Guitoune avaient soufflé le chaud et le froid lors des sorties précédentes. En réalité, peu importe celui qui l’accompagne, Ahki possède cette faculté rare de rassurer autour de lui. Malgré la défaite samedi dernier, cela s’est vérifié. Qui aurait dit, en observant ce match, que l’intéressé avait manqué deux mois de compétition ? Pour son retour, il a été royal d’entrée, retrouvant ses galons de patron avec un naturel assez déconcertant. Ahki a tout fait comme il le fallait, trouvant des espaces au moment opportun, plaçant ses partenaires dans les intervalles, avançant constamment.

Mola : "Un joueur exceptionnel"

Voici les preuves statistiques à l’appui sur ce match de reprise : quatorze courses (deuxième total toulousain), 151 mètres parcourus (plus gros total des siens), neuf plaquages (meilleur trois-quarts dans ce domaine) et deux off load. "Tout ce qui se passe autour de Pita avec ballon est toujours remarquable, plaide Mola. C’est un joueur exceptionnel et on n’a pas attendu ce match pour s’en rendre compte." Si le technicien a choisi de le faire sortir à treize minutes du terme, c’était pour le ménager, lui dont la gestion est presque excessive ces dernières années tant il a cumulé les soucis physiques. "Malheureusement, Pita gère son corps avec la difficulté d’enchaîner et de récupérer. Avoir autant de qualités aussi peu souvent, c’est presque râlant pour nous. On espère que son opération ne sera bientôt plus qu’un mauvais souvenir." Mais il est tellement indispensable. Encore préservé en début de semaine, tout a été mis œuvre pour qu’il soit présent à Belfast. "Son genou a un peu réagi et on n’a pas pris trop de risques", confirme Mola. Parce qu’il sait que Toulouse a besoin d’un grand Pita Ahki pour renverser Ravenhill. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?