Pro D2 - Bayonne fait carton plein sur la pelouse de Montauban

  • MontaubanDans la course à la deuxième place du Pro D2, les Bayonnais ont remporté un succès capital. Rémy Baget inscrit le dernier essai de la soirée et conforte sa place de meilleur marqueur d’essais de Pro D2. Photo S. B.- Bayonne
    MontaubanDans la course à la deuxième place du Pro D2, les Bayonnais ont remporté un succès capital. Rémy Baget inscrit le dernier essai de la soirée et conforte sa place de meilleur marqueur d’essais de Pro D2. Photo S. B.- Bayonne Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le

Dans un match fou, dans lequel cinq cartons dont trois rouges ont été distribués, Bayonne a fait la bonne opération à Sapiac. Les Basques ont su faire la différence quand il le fallait.

Pour venir s’imposer à Sapiac, il y a deux solutions. Soit faire le match parfait, en enchaînant les mouvements et les passes bien senties, et en se montrant réaliste. Soit faire en sorte que le match devienne complètement fou. Eh bien, les Bayonnais ont fait un peu des deux jeudis derniers. Les hommes de Yannick Bru ont d’abord montré quelle équipe ils pouvaient former : une formation de Top 14. « Quand ils rentrent dans les 22 mètres, ils sont d’une efficacité monstre. C’est génial ce qu’ils font : passe debout, jeu debout, ça va vite », vantait le manager montalbanais David Gérard. Limpides et cliniques, les Basques ont réalisé une entame parfaite, en réussissant à étirer la défense montalbanaise, pour ensuite trouver des espaces, parfaitement exploités par le funambule Joe Ravouvou notamment. « On a fait une entame de haut niveau, conforme à ce qu’on voulait mettre en place », reconnaissait Yannick Bru. Franck Pourteau ajoutait : « Ils ont joué tous les ballons, ça allait vite et ça fait très mal. » Résultat, l’Aviron menait déjà 17-0 avant que la folie n’entre en jeu. Mikautadze (2 m, 128 kg) assénait trois délicates « droites » à Paulino (2m04, 126 kg), après un ruck. Les deux golgoths se faisaient alors expulser, avant que ne suive une pluie de cartons. Jaunes d’abord, pour Gaëtan Germain et Baptiste Héguy, qui laissaient leur équipe à treize contre quinze et permettaient à Montauban de revenir dans le match grâce aux essais de Matawalu et Uanivi.

L’Aviron a son destin en main

Puis, alors que l’USM poussait pour passer devant au score, c’est Nicolas Agnési qui se fait expulser après un déblayage jugé dangereux. « On mérite du respect et le tournant, ce ne sont pas les vingt premières minutes, c’est ce deuxième rouge, enrageait David Gérard. Il nous fracasse, il nous tue parce qu’on joue à un de moins contre une équipe qui, à la base, est bien meilleure que nous. » La fin de match était alors rythmée par des séquences interminables, où le K.O. se faisait sentir, et où la gestion du territoire est devenue le nerf de la guerre. « On a su être présents sur ce jeu-là aussi, chose qu’on n’avait pas su faire à Béziers », soulignait Yannick Bru.

Comme une grande équipe, l’Aviron finissait de tuer les Montalbanais grâce à un essai de Baget, à dix minutes de la fin.
Ce n’est pas pour rien que les demi-finales tendent maintenant les bras à Bayonne. « Je suis content, parce que les joueurs ont assumé. On reste maîtres de notre destin », félicitait Bru. Pour Montauban par contre, le coup d’arrêt est rude et le top 6 s’éloigne désormais. « Bayonne, c’est une équipe de Top 14, on ne peut pas se permettre d’être aussi indiscipliné, soufflait Pourteau. On en parle beaucoup depuis le début de l’année, mais il ne faudrait pas que ça nous coûte la saison. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis Guillou
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?