Pro D2 - Narbonne arrache un nul et reste en vie

  • Les Narbonnais en rond après la défaite à Oyonnax en décembre dernier.
    Les Narbonnais en rond après la défaite à Oyonnax en décembre dernier. Icon Sport - Romain Biard
Publié le , mis à jour

Alors que les Grenoblois venaient s’assurer le maintien, les Narbonnais, eux, n’avaient rien à perdre, bien au contraire et ont arraché un match nul privant les visiteurs du jour de précieux points.

Narbonne - Grenoble : 32 - 32

 

Rarement nous avions vu les Narbonnais révoltés de la sorte et jamais ils n’avaient inscrit un essai aussi tôt dans un match. Une minute et trente-neuf secondes, c’est le temps qu’il aura fallu à Axtens pour remettre sur une passe après contact à Goutard, qui, grâce à sa lecture du jeu, avait déjà pris de la vitesse pour se jouer de la défense grenobloise. Une entame de match qui était réussie et un groupe qui semblait avoir changé de visage en cette fin de saison : « C’est un groupe qui se forge dans le dur depuis le début. Ce groupe n’a jamais rien lâché, il a un cœur énorme. Il y a des moments ou chacun y met du sien et c’est un peu désorganisé mais il y a aussi des moments où ils arrivent à faire un travail collectif très intéressant », assurait Brice Mach, l’entraîneur des avants.

L’indiscipline et les petites erreurs techniques ont tout de même coûté cher à ce RCN, permettant au FCG de reprendre l’avantage avec un festival offensif qui semblait inénarrable. Alors que certains supporters quittaient le stade à la mi-temps et qu’Adrien Séguret s’offrait un exploit personnel permettant à son équipe de mener 26-8, les efforts narbonnais semblaient réduits à néant.

« Théoriquement toujours en vie »
Si cette équipe de Narbonne a souvent manqué de confiance et n’a parfois pas réussi à croire en ses forces, cette fois il en a été autrement. Les hommes de Julien Seron ont d’abord profité de leur supériorité numérique (après le carton jaune de Martel), pour s’offrir un petit espoir avec l’essai de Nueno. Après ça, l’éclair Maraku faisait son apparition. Sur une mêlée bien négociée par les Audois, Nova éjectait rapidement pour Nueno qui offrait une munition au Néo-Zélandais qui cassait un premier plaquage et qui comme à son habitude atomisait les derniers défenseurs qui se trouvaient en travers de son chemin.

Dans une fin de match où Narbonne faisait preuve d’une force de caractère remarquable, c’est dans le temps additionnel et grâce à un effort collectif au bord de la ligne conclut par Chaput, que les Orange et Noir se sont offert un match nul. « Ce groupe est capable d’aller marquer un essai à la 82e minute pour arracher un nul, dans le vestiaire cela veut dire beaucoup de choses. La saison est ce qu’elle est, on ne va pas se taper sur l’épaule, mais on se bat chaque seconde et c’est ce que l’on veut garder jusqu’à la fin de la saison. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Théoriquement toujours en vie même si ça s’éloigne, on va se raccrocher à cela quoi qu’il arrive », affirmait Brice Mach au coup de sifflet final. Avec treize points de retard sur Rouen, ces deux petits points acquis face à Grenoble ne feront certainement pas la différence à l’aube de la réception d’Oyonnax, mais il n’en reste pas moins qu’à l’issue de cette soirée, officiellement Narbonne reste encore en vie et Grenoble n’est toujours pas maintenu en Pro D2.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Manon MOREAU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?