Champions Cup - En coupe d'Europe, les Bleus de Toulouse se chauffent

  • Antoine Dupont est passé à l’ouverture pour les dernières minutes du match, un choix qui permis de débloquer le scénario.
    Antoine Dupont est passé à l’ouverture pour les dernières minutes du match, un choix qui permis de débloquer le scénario. Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Même s’ils doivent aller puiser dans leurs ressources physiques, les internationaux français présents samedi soir à Belfast ont montré la voie à suivre.

Il n’y avait qu’à écouter l’entraîneur de l’Ulster Dan MacFarland parler d’Antoine Dupont après le match, pour comprendre combien le capitaine du XV de France pèse sur ses adversaires : « Ils sont sous pression et lui, il trouve des touches de soixante mètres de son mauvais pied. Il a un ballon dans nos 22 mètres avec un duel à gagner et il plante l’essai de la victoire. Voilà pourquoi il est le meilleur joueur du monde. »

Encore décisif. Le pire ? C’est que Dupont est loin d’avoir réalisé un match abouti (sur son échelle !) et qu’il a commis plusieurs erreurs inhabituelles. « Il y a peut-être deux essais de l’Ulster qui sont pour Toto (son surnom, N.D.L.R.) mais il nous apporte tellement que, le jour où il est un peu moins brillant, on trouve forcément à redire, explique Ugo Mola. Il faut juste qu’il mette parfois un peu plus de simplicité. » Oui, mais Dupont est toujours Dupont. Son manager poursuit : « Il reste un garçon qui, à cet instant-là du match, est capable de faire la différence. »

Cette différence, elle est justement venue de lui, mais aussi de tous les internationaux français à Belfast. Clairement, les récents vainqueurs du grand chelem ont assumé leur statut. Et Mola de livrer cette petite confidence : « Dans les moments clés, notre trio 9-10-15 a été décisif. C’est vrai sur les trois essais. » Dupont, Ntamack et Ramos, qui en ont inscrit un chacun.

L’arrière, déjà éblouissant au match aller, n’avait pas caché dans ces colonnes vendredi qu’il avait des fourmis dans les jambes. Ça se voit, et son 100 % au pied fut tellement précieux. Et que dire de la prestation XXL de Romain Ntamack ? Au Kingspan Stadium, il fut le patron toulousain, celui qui a réveillé les siens et montré la voie. Auteur d’une prise d’intervalle sublime sur le premier essai, il a inscrit le deuxième en solo sur une interception. Également impressionnant en défense et juste dans l’occupation, il a été royal.

Jelonch élu homme du match

C’est d’autant plus remarquable que les Bleus sont allés puiser dans leurs ressources physiques et psychologiques pour s’offrir une merveille de Tournoi des 6 Nations. Presque tous le payent depuis leur retour en club, puisque Julien Marchand, Cyril Baille et François Cros étaient encore forfaits pour ce huitième retour (Matthis Lebel est aussi sorti sur blessure). « On a perdu des mecs ces deux dernières semaines mais, entretemps, on a retrouvé un Anthony Jelonch, un Thomas Ramos ou un Romain Ntamack en grande forme, avoue Mola. Ou des garçons à créditer de belles prestations comme Peato Mauvaka. »

Impossible, effectivement, de ne pas revenir sur les prestations des deux avants cités. Mauvaka, s’il est parfois gourmand et connaît du déchet, vient d’enchaîner deux rencontres à quatre-vingts minutes durant lesquelles sa débauche d’énergie fut dingue. Mola en plaisante : « On a tellement habitué les mecs à faire quarante-cinq minutes que, lorsqu’il reste sur le terrain, on s’étonne ! C’est juste normal ! Peato a été essentiel dans la victoire. » Et Anthony Jelonch, élu homme du match par l’EPCR, fut l’auteur de sa meilleure sortie sous le maillot toulousain. Ce qui lui a valu ce petit clin de son pote Antoine Dupont : « Quand on voit le match d’Anthony… »

Stratosphérique sur le plan physique, il a constamment mis les Ulstermen sur le reculoir et fut intéressant offensivement. Certes, les internationaux auront besoin de repos dans un calendrier qui n’en octroie guère mais, quand ils sont à ce niveau dans un rendez-vous capital, Toulouse n’est bien sûr pas la même équipe… 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?