Champions Cup - Toulouse, un parcours pour un combattant

  • Thomas Ramos, décisif en inscrivant le dernier essai, a permis aux Toulousains de décrocher le billet pour les quarts.
    Thomas Ramos, décisif en inscrivant le dernier essai, a permis aux Toulousains de décrocher le billet pour les quarts. Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Malgré une saison sineuse et un écart de six points à combler, les Stadistes ont remporté un formidable bras de fer en Ulster pour s’inviter en quart. La route est encore longue, mais avec eux...

Il valait mieux que les cardiaques s’abstiennent… En deux week-ends, le Stade toulousain a prouvé qu’il possédait de sacrées ressources. En infériorité numérique et frappé par tous les vents contraires une semaine plus tôt, il avait retrouvé un rugby séduisant. Mais il y avait un écart de six points à combler qui, malgré une supériorité assez évidente sur certaines séquences samedi, ne fut effacé qu’à cinq minutes du terme, quand Antoine Dupont a climatisé l’ambiance bouillante du Kingspan Stadium.

« Si on était passé à côté, avec la prestation qu’on fait, je l’aurais eu très amer, ne cache pas le manager Ugo Mola. On s’est parfois trompé de stratégie, on a voulu marquer très vite. Quand on a placé les choses dans l’ordre et qu’on a tenu le ballon plus de trois temps de jeu, on les a mis à mal. Et on se rend compte qu’on met trente points à l’extérieur avec du déchet… » Ce paradoxe encore, au milieu d’une saison qui ne sera décidément pas linéaire.

« On est en quart de finale, reprend le technicien. C’est reparti, ce groupe ne lâche pas. Je vais m’en satisfaire. » Tout en ajoutant, dans un sourire, sur les difficultés que ses joueurs se sont imposées à Belfast : « On a beau louer l’intelligence de nos garçons, on est parfois bien cons ! » Mais, s’ils ont une vertu, c’est celle de forcer leur destin. Mal embarqués, diminués par des absences notables et poussés dans leurs retranchements par une solide équipe de l’Ulster, les Rouge et Noir ont su appuyer, où il le fallait et lorsqu’il le fallait, pour assommer leur adversaire.

Ramos : « Deux titres à défendre »

C’est longtemps ce qui a fait la force de la terrifiante machine toulousaine.Mais, comme le regrettait Mola dans la semaine, elle a trop souvent perdu ses bras de fer ces récents mois. À Belfast, pour le premier rendez-vous couperet de la saison, elle l’a remporté, avec une autorité rappelant des jours heureux. « Cela faisait un moment qu’on n’avait pas gagné à l’extérieur, avoue Thomas Ramos. Nous sommes allés chercher cette victoire. C’était un match éliminatoire qui va apporter de la confiance, d’autant plus qu’un gros calendrier nous attend avec deux titres à défendre. On veut bien figurer dans les deux compétitions. »

Mais le club n’aura aucun répit et veut que cette folle soirée le place dans une dynamique positive. « J’espère que ce match est symbolique, note Mola. La semaine précédente, à quatorze, on avait vu beaucoup d’enthousiasme. Là, être capable de marquer dans les instants clés… On va chercher à capitaliser dessus. » Surtout vu la férocité affichée par ses hommes dans les zones de combat. Celle des équipes qui ne veulent pas céder un centimètre, ni le moindre trophée.

« À l’aller, on a plus joué et on s’est davantage lâché les ballons, illustre Ramos. Là, c’était un meilleur match dans l’agressivité et sur le plan défensif.On a remporté beaucoup de duels. » Ce sera essentiel pour aller défier le Munster en quart.Formation que les Rouge et Noir avaient battue en huitième à Thomond Park l’an passé pour s’ouvrir la voie européenne. « C’est un adversaire incroyable, selon Mola. On avait fait une seconde mi-temps dantesque chez eux.Je pense qu’ils l’ont un peu en mémoire… »

Et Ramos de promettre : « On a un effectif assez important pour exister sur les deux tableaux. Nous ne sommes pas assurés d’être dans les six en Top 14. Puis un gros match nous attend au Munster. Si on le passe, ce sera encore un gros déplacement en demi-finale (Leicester ou Leinster, N.D.L.R.).» Certes, mais la bête semble réveillée.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?