Barbezieux-Jonzac : l’union c’est la force

  • L’équipe de Barbezieux-Jonzac a su tirer son épingle du jeu dans une poule composée de Sarlat et Bergerac. Photo Union Barbezieux-Jonzac
    L’équipe de Barbezieux-Jonzac a su tirer son épingle du jeu dans une poule composée de Sarlat et Bergerac. Photo Union Barbezieux-Jonzac
Publié le

Barbezieux-Jonzac dispute un barrage à domicile contre Le Rheu pour accéder au championnat de France, deux saisons seulement après être monté.

Moins de dix ans après l’union entre les clubs de Barbezieux Sud-Charente Rugby (BSCR) et du RC Jonzac Haute-Saintonge, l’UBJ va se donner l’occasion de vivre un championnat de France de Fédérale 2. D’une part, cette réussite est due à un travail de fond opéré par les dirigeants sur la formation (voir notre édition du 11 décembre). "On a beaucoup investi pour le scolaire : trois salariés diplômés à plein temps, un apprenti en BPJEPS et le soutien d’un service civique, énumère le président Roger Hadoux. En plus des récompenses telles que les deux étoiles de labellisation ou le prix de l’école de rugby de la fédération, nous avons de très bons résultats." Parallèlement, l’équipe fanion a accédé au deuxième échelon fédéral en 2019. Et après deux saisons tronquées par la pandémie, Barbezieux-Jonzac a eu le mérite de terminer troisième de la poule 8, celle de Sarlat et Bergerac. "Pour notre vraie première année en Fédérale 2, on est premiers derrière les deux ogres, sourit le dirigeant. Même si on ne connaît pas l’avenir des Sarladais, ils demeurent les Ovnis jusqu’à la fin des phases finales. Et Bergerac ne se cache pas d’avoir 15 pros. On n’est pas dans la même catégorie."

Une phase de poule instructive

Pour le coentraîneur Guillaume Ajac, les quatre confrontations face à ces très grosses cylindrées ont permis de parfaire la préparation de l’UBJ en vue des phases finales : "Les matchs de haut niveau servent toujours à apprendre. Que ce soit Sarlat ou Bergerac, ça nous a permis de grandir. Lors de l’aller-retour contre Bergerac, le score était lourd mais les enseignements à tirer étaient intéressants. On peut capitaliser sur le rythme et l’intensité de ces parties. En phase finale on risque de retrouver des équipes de ces valeurs." Pour l’heure, il faudra passer le barrage prévu contre les Bretons du Rheu, équipe de la banlieue rennaise classée sixième de la poule 1. "Nous avons commencé à regarder leurs matchs, avoue Guillaume Ajac. C’est une équipe accrocheuse qui a tenu son rang et qui a réussi à rivaliser contre les gros de sa poule." Sur la façon d’aborder son match, le technicien est confiant : "On va garder notre physionomie de jeu, c’est-à-dire mettre le maximum de mouvement, de vitesse et d’intensité." Aussi, il peut compter sur l’essentiel de ses forces, grâce à "un effectif riche". C’est d’ailleurs "ce qui a contribué à cette troisième place". Aussi, la qualification de l’équipe réserve rajoute de l’excitation au club, où l’on attend une belle célébration ce dimanche. "On a vraiment l’intention d’organiser une grande fête. C’est tout de même un tour, s’exclame Roger Hadoux. C’est un peu l’équivalent d’un 32e de finale."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Quentin PUT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?