Dulin (Rouen) : "J’admire ce qu’ont fait les joueurs"

  • Pro D2 - Renaud Dulin, entraîneur des trois-quarts de Rouen
    Pro D2 - Renaud Dulin, entraîneur des trois-quarts de Rouen Icon Sport - Franco Arland
Publié le

Renaud Dulin, entraîneur des trois-quarts de Rouen, revient notamment sur le succès probant contre Aix-en-Provence. Il se projette aussi sur ce déplacement à Nevers.

Votre équipe a-t-elle produit son meilleur match contre Provence Rugby ?

Sur la maîtrise, cela est évident. Nous étions au "vert" dans tous les indicateurs de la performance. Il y avait toujours un secteur qui n’était pas au niveau. La seule chose qui a fait défaut, c’est notre capacité à finir toutes nos actions favorables. Deux en-avant dans l’en-but, c’est beaucoup.

Qu’est-ce qui vous a plu dans la façon dont ce succès a été construit ?

D’abord, qu’il ait été construit, justement. De façon patiente et malgré un démarrage défavorable, nous avons réussi à prendre l’ascendant psychologique. C’est intéressant. Et cela s’est produit dans le contexte du maintien, qui n’est pas simple à gérer. Les joueurs sont parvenus à s’en affranchir pour jouer libérés.

Votre ouvreur Dan Waite semble s’épanouir. Il a donné le sentiment d’animer sa zone avec beaucoup de facilité…

Oui, mais tout cela vient de tellement loin. Nos joueurs de la charnière doivent pouvoir disposer de trois solutions offensives pour faire leur choix. Vendredi, les solutions, Dan les avait. Et s’il les avait, c’est que nous avons joué en avançant, en profitant d’une conquête parfaite. Notre mêlée a réalisé un boulot incroyable. Et tout ceci est lié, évidemment. Nicolas (Godignon, N.D.L.R.) a organisé un management très participatif et interdépendant. Si on joue bien derrière une mêlée, c’est aussi parce que notre niveau de communication avec Greg Bouly est très bon. Idem avec Serge Betsen sur une attaque produite derrière un ballon gagné en défense, ou avec Johan Snyman après une touche. Cette animation offensive est le résultat d’une élaboration commune. Nous ne nous connaissions pas, ce staff n’avait jamais travaillé ensemble. Notre façon de travailler me plaît beaucoup.

La continuité de votre travail a été coupée par le drame du suicide de Jordan Michallet. L’arrivée de Dan Waite vous a-t-elle aidés à le dépasser ?

Le premier qui nous a permis de le dépasser, c’est Peter Lydon. Il est monté ouvreur. L’arrivée de Dan caractérise surtout la capacité de ce groupe à reconnaître ses besoins. Il avait besoin d’un nouveau joueur. Il attendait ça et il s’est mis dans les meilleures dispositions pour accueillir un garçon venu du bout du monde. Et lui, il est arrivé avec sa culture qui ne connaît pas la relégation. Pour qui travailler est un plaisir immense et gratuit. Les Néo-Zélandais emmènent cette liberté dans l’exigence.

Trois mois après, de quelle façon ce drame résonne-t-il dans l’équipe ?

Tout cela reste très personnel. On est toujours dans l’intime. Sur le plan collectif, la disparition de Jordan fait partie de notre histoire. Je dirai seulement que cette disparition a révélé l’état d’esprit extraordinaire des joueurs. La compassion du monde du rugby nous a touchés, mais tout le monde pensait que nous allions exploser. Jordan était vice-capitaine, notre meilleur buteur, et son jeu devenait vraiment très complet. Il était irremplaçable. Ce qu’ont fait les joueurs, je l’admire. Des leaders se sont montrés garants de notre état d’esprit. Vendredi dernier, nous avons récolté les résultats de cet état d’esprit. Le reste, c’est de l’intime.

Pensez-vous être déjà maintenus ?

Non. Dès lundi, nous étions préoccupés et attentifs au niveau d’implication de chacun, sur la façon d’appréhender la fin de saison. Nous avons notre destin en main, mais il faut marquer encore des points.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?