La dernière danse du trio magique

  • Pour la dernière fois de leur carrière, François Trinh-Duc, Fulgence Ouedraogo et Louis Picamoles vont se retrouver pour la dernière fois sur le terrain de Montpellier dimanche soir. Photos Icon Sport
    Pour la dernière fois de leur carrière, François Trinh-Duc, Fulgence Ouedraogo et Louis Picamoles vont se retrouver pour la dernière fois sur le terrain de Montpellier dimanche soir. Photos Icon Sport
Publié le

Ce week-end, François Trinh-Duc et Louis Picamoles fouleront une dernière fois, et face à leur ami de toujours Fulgence Ouedraogo, ce sol montpelliérain où tout a pour eux débuté, il y a plus de vingt ans…

Dimanche soir, dans un match à très fort enjeu en vue de la qualification, c’est donc la dernière fois que François Trinh-Duc (35 ans, 66 sélections) et Louis Picamoles (36 ans, 82 sélections) fouleront la pelouse de Montpellier, où tout a pour eux commencé il y a plus de vingt ans. Ce week-end, "FTD" et "King Louis" croiseront même, et probablement pour la dernière fois, la route de "Fufu",Fulgence Ouedraogo (35 ans, 39 sélections), le frangin de toujours qui raccrochera lui aussi les crampons, à la fin de la saison. Pour ces trois hommes, lancés dans le grand bain du rugby international par Bernard Laporte pour Ouedraogo (en 2007), par Marc Lièvremont pour les deux autres (en 2008), la portée émotionnelle sera évidemment immense. Alors, même si l’Union Bordeaux-Bègles court après les points en championnat, même si Christophe Urios avait probablement d’autres choix que ceux présentés par François Trinh-Duc et Louis Picamoles à l’ouverture et en numéro 8, le manager bordelais les placera évidemment sur la feuille de match, dans l’Hérault. Celui-ci disait d’ailleurs cette semaine, dans les pages du quotidien Sud Ouest : «Je ne les priverai pas de ce moment, c’est impossible. Lundi matin, je les ai fait venir tous les deux (Trinh-Duc et Picamoles) dans mon bureau pour savoir comment ils voyaient ce match. Ce n’est pas neutre. On parle de mecs qui ont 80 sélections en équipe de France, qui ont de grandes carrières, qui sont de Montpellier, qui ne sont pas toujours partis de là-bas dans de bonnes conditions, qui y reviennent à quatre journées de la fin… L’UBB n’a pas le droit de rater ce match, les joueurs ne peuvent pas être au-dessus de l’équipe. Il faut trouver le bon ajustement. Ça doit amener un supplément d’âme plutôt qu’une forme de pression. Il ne faut pas rester que dans l’affect car il faut jouer au rugby. Mais la symbolique est belle.»

La dernière danse du trio magique
La dernière danse du trio magique

Trente ans de vie commune

La "symbolique" est belle, c’est indéniable. Car si Louis Picamoles n’a fait la connaissance de "Fufu" et de "Fouasse" qu’à l’adolescence, ces deux-là ont débuté le rugby sous le même maillot à l’âge de 6 ans, à l’école de rugby du Pic Saint-Loup (Hérault). C’est en défendant les couleurs de l’équipe qu’ils croisèrent d’ailleurs Louis Picamoles pour la première fois, à une époque où l’actuel numéro 8 de l’Union Bordeaux-Bègles était déjà plus costaud que n’importe quel autre môme de la région. L’été dernier, François Trinh-Duc nous racontait à ce sujet : «à l’école de rugby, Louis était déjà puissant. Il avait déjà ses énormes cuisses et si tu ne l’attaquais pas aux chevilles, tu n’avais aucune chance de le faire tomber. Il faisait beaucoup jouer autour de lui, passait les bras… Nous qui étions plus fluets avions du mal à le contenir. On se mettait souvent à trois pour l’arrêter. Mais on l’a battu plusieurs fois, hein…»

Dimanche soir, Fulgence Ouedraogo ne pourra pas compter cette fois-ci sur François Trinh-Duc, au moment où "King Louis" élancera ses 120 kg de barbaque en sa direction. Mais qu’ils se croisent ou non prochainement en phases finales, "Fufu", "Loulou" et "Fouasse" organiseront le 20 juillet prochain, au stade Sabathé de Montpellier, un jubilé qui fleurera bon le rugby de papa. Santé, les gars !

La dernière danse du trio magique
La dernière danse du trio magique

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?