TOP 14 - Thomas Carol, l’atout fraîcheur de la Section paloise

  • Thomas Carol lors de son match face à Perpignan
    Thomas Carol lors de son match face à Perpignan Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le jeune arrière palois, auteur d’une saison prometteuse à 21 ans, et ses partenaires espèrent réaliser une grande performance dans la capitale pour s’autoriser à rêver.

Le 8 avril, Thomas Carol a inscrit son premier essai à l’échelon professionnel. À édimbourg, alors que son équipe était menée 47 à 0… «C’est le premier, alors ça restera un bon moment mais on ne peut pas dire qu’il ait de l’importance vu le scénario du match, sourit timidement le jeune arrière. Ce n’était pas une soirée terrible, tout de même, mais je m’en souviendrai.» Cela reste une étape de plus. À 21 ans, Thomas Carol les franchit à une vitesse intéressante. Sa réalisation en écosse est venue récompenser une première saison prometteuse dans l’élite avec déjà onze rencontres au compteur dont cinq comme titulaire : «Cette année est super positive : j’ai connu mes premiers matchs en Top 14 et en Challenge, j’ai même eu la chance d’enchaîner et donc de prendre de la confiance. Tout est arrivé assez vite.» L’ancien Racingman et Rochelais a trouvé au pied des Pyrénées un terrain propice à son épanouissement : «Je suis content de mon parcours. Le Racing, où j’ai passé huit ans, est le club qui m’a donné envie de continuer et de pousser au bout dans le rugby. Puis à La Rochelle, j’ai passé un vrai cap avec des sélections en moins de 20 ans développement et une première préparation avec les pros.»

Sébastien Piqueronies et les recruteurs béarnais étaient venus le chercher à Marcel-Deflandre, avec des arguments de poids : la perspective d’un temps de jeu intéressant, un contrat de trois ans et un projet plein de bonnes intentions. «J’avais beaucoup aimé la manière de travailler et l’approche de Sébastien quand j’étais en sélections jeunes. Et il y avait forcément l’opportunité de jouer en Top 14 qui a compté. Quand l’on est jeune, on cherche tous à grappiller des minutes et à avoir des occasions de se montrer.»

«Est-ce que l’on a grandi ? »

Samedi, cet ouvreur de formation reconverti arrière à 18 ans devrait avoir une nouvelle opportunité de se mettre à valeur à Jean-Bouin. Là où lui et les siens se déplaceront avec l’ambition de poursuivre leur ascension au classement : «L’équipe est sur une bonne dynamique, avance le gamin de Boulogne-Billancourt. Ce match, c’est le vrai test pour savoir : est-ce que l’on a grandi au cours du dernier bloc, est-ce que l’on a avancé ? C’est ce qu’il faut pour nous tester, sachant que, même s’il est dans une moins bonne passe, le Stade français a de super joueurs. Si l’on gagne celui-là, on pourra discuter et rêver à une belle fin de saison.» Au-delà peut-être de toutes les espérances initiales de Thomas Carol.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?