TOP 14 - Toulouse, la fraîcheur de vivre face à Toulon

  • Romain Ntamack, l’habituel titulaire, au repos cette semaine, ce sera Thomas Ramos qui conduira le jeu toulousain.
    Romain Ntamack, l’habituel titulaire, au repos cette semaine, ce sera Thomas Ramos qui conduira le jeu toulousain. Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Embarqué dans une fin de saison extrêmement chargée depuis sa qualification en quart de finale européen, et avec la fatigue des internationaux à gérer, le champion en titre doit pourtant garder son enthousiasme.

À la question de savoir comment il se sentait physiquement, après avoir joué un rôle majeur dans le grand chelem puis avoir enchaîné dans la foulée les rendez-vous importants avec son club, le capitaine des Bleus Antoine Dupont répondait ainsi, le week-end passé : «Oh ! ça va (sourire). On fait un peu au jour le jour.» Deux semaines auparavant, il livrait une tirade similaire : «Le club a connu une période compliquée ces derniers mois. On a envie de se qualifier sur cette fin de saison, de disputer des phases finales, donc cela passait par le fait de rejouer directement. On se reposera un peu plus tard peut-être. Ou pas.» En arrachant sa qualification pour un quart de finale de Champions Cup en Ulster samedi pour un petit point, le Stade toulousain s’est offert deux derniers mois de compétition terriblement excitants… mais aussi un calendrier infernal. Pourquoi ? Parce qu’avec deux titres à défendre et un effectif qui se réduit presque de jour en jour, les champions de France et d’Europe n’auront peu ou pas de répit. Surtout qu’en plus des nombreux joueurs qui ont rejoint l’infirmerie (Baille, Marchand, Cros, Placines, Youyoutte, Chocobares, Holmes, Guitoune, Bonneval ou Mallez), sans oublier la suspension de Mallia (quatre semaines), il faut également gérer l’état de forme des internationaux français.

Dupont et Ntamack au repos

Si les blessés récents (Jelonch aussi pour les matchs contre Lyon et Castres) ont pu, par la force des choses, couper un peu, d’autres n’ont pas vraiment eu le temps de souffler. C’est notamment le cas d’Antoine Dupont donc, de Romain Ntamack et de Peato Mauvaka. Le staff a ainsi décidé de laisser sa charnière internationale au repos une semaine entière, lui épargnant ce déplacement à Marseille, en vue des échéances qui se présentent derrière (réception de La Rochelle, quart de finale à Dublin contre le Munster et une éventuelle demie dans la foulée). Mauvaka n’a pas souhaité s’arrêter mais son rôle samedi dépendra surtout de Julien Marchand, qui pourrait être de retour.

Les Stadistes ont compris que la fraîcheur, physique et mentale, sera la clé d’un final en apothéose. Dans les têtes, les deux rencontres contre l’Ulster ont fait un bien fou. «Cela va nous apporter beaucoup de confiance pour la suite, assurait Thomas Ramos. On veut bien figurer dans les deux compétitions.» Pour y parvenir, rien ne doit être laissé au hasard en cet exercice sinueux, lui et ses coéquipiers n’ayant presque pas de marge, comme l’illustre la manière dont ils ont arraché leur billet pour le prochain tour européen. En Top 14, ils n’ont pourtant pas le loisir de laisser trop de points filer s’ils veulent assurer une place parmi les six, encore plus pour viser au moins un barrage à domicile. Mais le manager Ugo Mola est contraint de tout optimiser, à l’homme et la minute près, pour favoriser l’enthousiasme et la vitesse indispensables à la mise en place du jeu debout qu’il prône dans les semaines à venir. Si les troupes ont repris l’entraînement mardi, les Bleus ont ainsi bénéficié d’une journée de repos supplémentaire. Un rendez-vous à Marseille est toujours un événement. Mais il y en a tant d’autres derrière.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?