Top 14 - Tanga, Thomas : avant de partir, un dernier shoot d’adrénaline…

  • Teddy Thomas, auteur de quatre essais en six matchs, est irrésistible ces dernières semaines.
    Teddy Thomas, auteur de quatre essais en six matchs, est irrésistible ces dernières semaines. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Depuis plusieurs semaines, Yoan Tanga et Teddy Thomas sont les maillons forts du Racing 92. Et il y a, bien évidemment, plusieurs raisons à cela…

On n’a rien oublié de ce que nous souffla un jour Jacky Lorenzetti, au sujet de son ailier : « Quand j’ai recruté Teddy Thomas à Biarritz, Serge Blanco m’a dit : « Si tu trouves la clé, tu en feras le meilleur joueur du monde ». Cette clé, nous ne l’avons pas trouvée. Et c’est autant notre faute que celle du joueur ».

D’ici deux mois, Teddy Thomas tournera le dos au Racing pour rejoindre La Rochelle et quoi qu’il se passe d’ici là, on gardera tous à l’esprit le souvenir d’un rugbyman élégant, spectaculaire et doté d’un sens de l’essai quasiment unique en Europe…

Blessé, absent et pour ainsi dire disparu des radars en début de saison, l’ailier international connaît depuis deux mois une vraie renaissance et, auteur de quatre essais en six rencontres, affole et déchire toutes les défenses qui se présentent à lui. « Je veux partir du Racing avec un titre », disait-il samedi soir, à Nanterre. 

« Il y a huit ans que je suis ici et franchement, je ne me permets pas de dire que j’ai eu un titre en 2016 (lors de la victoire francilienne à Barcelone, N.D.L.R.) parce que je sortais cette année-là d’une saison blanche. » Irrésistible contre Biarritz comme il avait été déroutant face au voisin parisien, lors de la trilogie que vous connaissez, Teddy Thomas est aujourd’hui barré en équipe nationale par Gabin Villière et Damian Penaud mais garde en ligne de mire le Mondial 2023.

« Je suis déjà passé à côté de deux coupes du monde, poursuivait-il samedi soir. J’espère donc que je ferai la prochaine mais en équipe de France, la concurrence est rude à mon poste. Pour moi, ce sera pourtant cette Coupe du monde ou rien. Après celle-là, ce sera trop tard. J’espère que ça me sourira mais si ce n’est pas le cas, je ne pourrai m’en prendre qu’à moi-même. »

Pourquoi Tanga est incontournable 

À la lumière de ces dernières semaines de compétition, l’autre grand monsieur du Racing se nomme sans nul doute Yoan Tanga et, au plus fort de la tempête biarrote, c’est lui qui fit reculer les défenseurs du Pays basque, marquant ici un essai en force et offrant plus tard, d’une insolente chistera, un essai magnifique à Donovan Taofifenua. « Depuis le début de saison, disait-il samedi soir, j’enchaîne les matchs et cela me donne de la confiance. La confiance, c’est tenter des trucs que tu ne tenterais pas à d’autres moments de ta carrière... » 

Également recruté par le manager rochelais Ronan O’Gara, le numéro 8 du Racing est peu ou prou animé du même désir que Teddy Thomas, avant de quitter les Hauts-de-Seine. Il le résume ainsi : « Je suis dans ce club depuis trois ans et j’ai créé des liens très forts avec ces mecs. Un titre, ce serait quelque chose qui nous lierait tous pour très longtemps. Et peut-être même pour toute la vie… »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?