Top 14 - Castres inspiré par «Capo», guidé par «Urda»

  • Benjamin Urdapilleta a guidé les siens avec un 4 sur 4 face aux poteaux.
    Benjamin Urdapilleta a guidé les siens avec un 4 sur 4 face aux poteaux. Icon Sport
Publié le

Le jour de l'hommage à Rodrigo Capo Ortega aura vu les Tarnais garder leur en-but inviolé. Et c'est un autre Sud-Américain, Benjamin Urdapilleta, qui a concrétisé le chef-d'oeuvre stratégique.

Le stade Pierre-Fabre a rendu un double hommage à Rodrigo Capo Ortega, avant et après le match, samedi. Le deuxième ligne uruguayen aux 352 matchs et aux 17 années en bleu et blanc a enfin pu être dignement salué, lui qui avait été privé d’une belle sortie par la pandémie, deux ans plus tôt. Ses anciens partenaires et successeurs ont aussi eu la bonne idée de lui dédicacer ce match, en un sens.

Pierre-Henry Broncan le soulignait malicieusement au coup de sifflet final : « Le plus bel hommage que l’on a pu lui rendre, c’était avec notre défense, notamment sur cette séquence à cinq mètres de la ligne. Les gars ont défendu comme lui était capable de le faire. La veille au soir, il est venu remettre les maillots à nos trois deuxième ligne et à Matthieu Babillot en tant que capitaine.

Nos avants avaient à cœur de lui faire honneur, avec les qualités qu’il avait, celles d’un mec qui ne lâchait jamais et qui plaquait fort. » Les deux minutes passées par les Clermontois sur la ligne d’en-but tarnaise ont été un chef-d’œuvre d’abnégation et d’organisation collective. Benjamin Urdapilleta en mesurait aussi l’importance : « Cette action symbolise l’état d’esprit de ce groupe qui a envie de préserver son territoire. C'est le tournant. Quand j'ai vu comment nos avants ont défendu, j'ai eu envie de pleurer. De voir comment ils s'étaient donnés, comment ils avaient réussi à tenir. Quand tu vois ça, ça te donne envie de te battre. »

« Un groupe intelligent »

La défense aura été un des deux piliers du précieux succès castrais, samedi. Nick Champion de Crespigny, meilleur plaqueur de la partie avec onze interventions, et ses partenaires n’avaient pas attendu le jour hommage à "Capo" pour dresser les barbelés. Seule équipe encore invaincue à domicile cette saison, le CO affiche surtout une résistance épatante depuis début janvier : sur ses cinq derniers matchs à Pierre-Fabre, il a encaissé seulement 48 points et quatre essais.

Le courage et la détermination n’expliquent pas tout. La défense se joue aussi dans les têtes et la stratégie. En la matière, les Tarnais font figure d’experts. Comme face à Toulouse, ils ont su adapter leur rugby au contexte. « On a un groupe intelligent qui sait jouer avec les conditions. On a fait ce qu’il fallait, c’est-à-dire ne pas jouer du tout, les mettre sous pression, gagner la bataille de l’occupation. » Une fois encore, le mot de la fin est revenu à Benjamin Urdapilleta. Ses quatre pénalités et la qualité de son pied droit dans le jeu courant rapprochent Castres d’une qualification pour les phases finales. Si Capo était le seigneur de la défense, son homologue argentin est le roi du jeu d'échecs. Le Puma méritera lui aussi une sortie sous les ovations, quand son tour viendra.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?