Les Haspandars célèbrent leur première place en poule de Fédérale 3 et les 60 ans du club

  • Les Haspendars célèbrent leur première place en poule de Fédérale 3 et les 60 ans du club
    Les Haspendars célèbrent leur première place en poule de Fédérale 3 et les 60 ans du club
Publié le

Au terme d'une saison prometteuse, le HAC met tout en œuvre pour revivre un grand moment.

L’Hasparren Athlétic Club aurait dû célébrer son 60e anniversaire en 2020 si le Covid ne s’était pas invité dans nos existences. Alors, pour ne rien regretter, le HAC a fait mieux. En terminant premier de sa poule de F3, il s’est offert le droit de disputer un barrage qui pourrait lui permettre d’atteindre son objectif majeur : retrouver la Fédérale 2 cinq ans après l’avoir quittée.

Aujourd’hui responsable de la commission sportive, Battit Barbace a vécu sur le terrain cette belle aventure et il croit dur comme fer que le moment est venu pour le HAC de renouer avec son récent passé : «Nous voulons retourner en F2 et surtout y rester pour nous y installer, sans prétentions. C’est un niveau qui correspond à notre potentiel et à nos infrastructures. Et nous voulons réussir avec le maximum de joueurs formés dans notre club. Beaucoup de bénévoles sont à l’œuvre, une grosse commission partenariat agit efficacement et des anciens joueurs s’impliquent.» L’équipe dirigeante pilotée par les coprésidents Totte Minjou-Patrick Mendy, aiguillonnée par deux vice-présidents : Benjamin Chattey (également secrétaire général)-Battit Barbace, travaillent depuis trois ans à la résurgence du rugby haspendars.

Les jeunes programmés

Et ils sont fiers de voir leur équipe du capitaine Sébastien Rouet, entraînée par Didier Moustirats et Philippe Feuillade (ex BO) associés à Benjamin Guiné, Julien Fontaine et Patxi Arthayet pour la réserve elle aussi première et qualifiée, faire le bonheur d’une commune de 7 000 âmes et de ses environs. «On ressent quelques difficultés chez les jeunes qui sont moins passionnés par le rugby, concède Battit Barbace, mais ici nous nous en sortons bien, ils ont l’amour du maillot. Nous appuyons sur notre identité basque et ses valeurs ; ne rien céder, même si notre pack a un profil plutôt mobile.»

Les dirigeants énoncent une autre satisfaction : ils sont autonomes, sans entente en jeunes. Pour mieux préparer l’avenir, durant le Covid ils ont mis en place à l’école de rugby un projet de formation du jeune joueur. Barbace explique : «Sur l’année il est prévu une programmation des entraînements que chaque éducateur doit suivre, et des acquis doivent être validés.» Une démarche dans le prolongement naturel de la politique du club.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gérard PIFFETEAU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?