Top 14 - L'opinion du Midol : Kuridrani : ça, c'est vraiment toi !

  • Tevita Kuridrani a frappé très fort à Nanterre, samedi soir.
    Tevita Kuridrani a frappé très fort à Nanterre, samedi soir. Icon Sport
Publié le , mis à jour

Dans ce billet, nous revenons sur le dernier match entre le Racing 92 et le Biarritz olympique. À Nanterre, Tevita Kuridrani a probablement mis fin au débat l'entourant depuis son arrivée en France...

On a eu, c’est vrai, moult débats au sujet de Tevita Kuridrani depuis le début de la saison. On a souvent dit que l’ancien trois-quarts centre des Wallabies, un temps considéré comme l’un des meilleurs attaquants du Super Rugby, faisait aujourd’hui partie des flops du recrutement, en Top 14. Jean-Baptiste Aldigé, le président du Biarritz olympique à l’origine de sa venue sur la Côte basque, nous a alors dit qu’on se trompait lourdement.

On l’a taxé de mauvaise foi. Il nous a dit qu’on n’y connaissait rien. Et vous savez quoi ? On est aujourd’hui dans l’obligation de donner raison au président du Biarritz olympique, tant la performance de Tevita Kuridrani sur la pelouse de Paris-La Défense-Arena nous a samedi soir enthousiasmé.

À Nanterre, le trois-quarts centre australien a en effet réalisé l’une de ses plus grosses prestations de l’année... et probablement la première, nous susurrent les mauvaises langues. En début de match, le « cheval de course » qui avait tant impressionné Patrice Lagisquet à l’occasion d’une tournée des Bleus en 2014, allongeait donc la foulée au milieu du terrain, prenait en défaut Virimi Vakatawa d’un crochet intérieur magnifique et offrait à Steve Barry un "offload" sublime et qui accoucherait, un peu plus loin, du premier essai du match.

Dans la foulée, Tevita Kuridrani, globalement excellent face à la paire Fickou-Vakatawa, trouvait un inoubliable « 50-22 » et à cet instant du match, on se disait que Jean-Baptiste Aldigé avait probablement eu raison, lorsqu’il fit signer à un prix défiant toute concurrence le solide australien. N’est-il pire affliction, président, que d’avoir raison avant tout le monde ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?