Massy l'emporte à Suresnes dans un match sous le signe des adieux

  • Les Suresnois entameront un nouveau cycle dès la saison prochaine. Ils terminent cette saison de Nationale avec les honneurs, en s’accrochant face au leader massicois.Photo Hélène Brasseur
    Les Suresnois entameront un nouveau cycle dès la saison prochaine. Ils terminent cette saison de Nationale avec les honneurs, en s’accrochant face au leader massicois.Photo Hélène Brasseur
Publié le

Le derby entre Massy et Suresnes s'est déroulé entre deux équipes remaniées. À Suresnes, beaucoup de joueurs disputaient leur dernier match à domicile.

Le leader massicois dans sa toute maîtrise des choses, avec cette équipe complètement remaniée qui ne sera pas celle alignée en demi-finale, vient de franchir la barre des cent points dans une aisance, en remportant ce derby qui lui fait une vingt-et-unième victoire. De quel leader ce championnat dispose, qui ramasse en se baissant à peine. Ce match à Suresnes ne restera pas dans les annales. On n’offre pas un baptême à l’ouverture à l’arrière titulaire, Romain Clouté, qui n’avait joué au poste depuis quatre-vingt-deux matchs en seniors, pour mettre le feu au Mont Valérien.

La paire de centre entre le jeune Michel Emoux (19 ans) et Pieter Morton, le Sud-Africain, qui n’avait plus été titularisé depuis trois mois, fonctionnait aussi ensemble pour la première fois de la saison. «Nous disposons définitivement d’un groupe très impliqué. Peut-être que nous étions un peu moins en place, mais en termes d’énergie et d’engagement, nous avons encore tenu un rythme soutenu», a apprécié Jean-Baptiste Dimartino, l’entraîneur des trois-quarts, en commentant ce succès bâti tout devant.

Dix-sept joueurs non conservés

À coups de maul offensifs et défensifs, sur le socle d’une mêlée extraordinairement souveraine, le leader a étouffé en serrant lentement son étreinte, le chant du cygne suresnois. La soirée était drapée de noir pour un certain nombre de leurs adversaires. Dix-sept joueurs du groupe actuel de Suresnes ont reçu leurs congés, et certains juste dans la semaine, qui ne figureront pas dans le groupe de la saison prochaine sous David Auradou. Des spectateurs arboraient un t-shirt à l’effigie de l’arrière Cyrille Corno, qui semblait devoir être conservé avant d’être remercié. «On vient de glisser dans une nouvelle période», estimaient les commentateurs tribune. «Nous avons fait le choix de professionnaliser entièrement l’équipe, ce qui nous a conduits à nous séparer de tous les pluriactifs», ont expliqué après le match les deux présidents, Olivier Pouligny et Laurent Piepszownik, qui ont décidé de remettre au pot pour rendre l’équipe plus compétitive.

Depuis deux mois, depuis qu’ils ont annoncé leur décision de changer le staff technique, ils disaient vouloir aller plus vite dans l’accomplissement de leur volonté. Après ce derby perdu devant leur maire et son équipe municipale, ils laissaient un peu paraître leur impatience, sur le classement actuel, ou sur le comportement de leur mêlée fermée. Ils dévoilaient dans la foulée l’augmentation de près de six cent mille euros du budget de fonctionnement de leur équipe - le budget total sera porté à trois millions et demi d’euros - en laissant tout le soin à David Auradou de la composer à sa guise. Trois joueurs ont déjà signé, dont les noms n’ont pas encore été officialisés. Une dizaine de professionnels seront recrutés en tout pour fonctionner avec un groupe resserré d’une trentaine de joueurs renforcés par des espoirs. «Nous voulons jouer dans les six premiers, et nous voyons bien qu’il faut aller dans ce sens pour y parvenir», assuraient-ils, tandis que le speaker appelait un à un devant la tribune, pour les saluer, tous ceux qui ne seront plus là la saison prochaine.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?