Top 14 - Brive, une pluie d’imprécisions

  • Les Brivistes ne pouvaient pas espérer beaucoup mieux face à Lyon.
    Les Brivistes ne pouvaient pas espérer beaucoup mieux face à Lyon. Icon Sport
Publié le

Indisciplinés et dominés en conquête, les Brivistes ne pouvaient pas espérer beaucoup mieux face à Lyon. Il va falloir réagir à Perpignan la semaine prochaine, dans un match capital en vue du maintien.

« Gagner des matchs sous la pluie en perdant neuf ballons en touche, et en étant autant sanctionné, c’est impossible ! » Le constat de Thomas Acquier est clair et lucide. Des propos repris par son entraîneur de la touche, Arnaud Méla. « À ce jeu, si tu n’as pas le ballon en l’air, pas le ballon en mêlée, si tu n’es pas costaud sur les phases statiques, et s’il pleut en plus, c’est quand même très compliqué. »

En perdant les trois premiers ballons en touche, volés par Dylan Cretin, les Brivistes n’ont jamais trouvé la clé pour garder ses ballons et développer son jeu. « La touche, quand ça ne va pas, ça déraille, reconnaît le talonneur briviste. C’est l’ensemble de l’équipe qui est fautive dans ce secteur-là. »

« La touche, c’est 85 % de mental. Souvent, quand nous arrivons à prendre le dessus sur l’adversaire, à voler six, sept, voire dix ballons c’est que nous les avions rongés mentalement et aujourd’hui ça a été l’inverse. Nous restions sur deux matchs à 100 % de réussite dans ce secteur. Et aujourd’hui, il n’y avait rien qui aller. Sous cette pluie, on s’est dit que ça allait passer en faisant de bons ballons portés, en les mettant à la faute, en jouant un minimum sans prendre de risques, et nous sommes tombés dans ce non-match », admet l’ancien deuxième ligne.

« La priorité, c’est le match de Perpignan »

En plus d’une conquête défaillante, les Corréziens sont de nouveau tombés dans l’indiscipline, notamment dans le jeu au sol. « Toutes nos séquences ont été stoppées par notre indiscipline. Quand on n’arrive pas à enchaîner, il est difficile de se révolter », regrette Thomas Acquier.

Avant de se pencher déjà sur le déplacement capital en vue du maintien à Perpignan, samedi prochain. « Il faut passer à autre chose, évacuer cette déception et ne pas la garder en tête pour la semaine prochaine. La priorité c’est le match de Perpignan. Nous aurions pu nous faciliter la tâche ce soir mais on a toujours notre destin entre nos mains. On joue une finale, on en est totalement conscient. » 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?