Au BO, les règlements de compte se poursuivent

  • Au BO, les règlements de compte se poursuivent... Au BO, les règlements de compte se poursuivent...
    Au BO, les règlements de compte se poursuivent...
Publié le

Jeudi matin, nous avons appris que David Couzinet, le président du secteur amateur du BO, avait assigné au tribunal Nicolas Brusque, Serge Blanco et plusieurs bénévoles du club pour avoir organisé, début avril, une assemblée générale élective depuis invalidée par la justice.

Au milieu des années 2000, David Couzinet, Nicolas Brusque, Imanol Harinordoquy, Dimitri Yachvili et Jérome Thion étaient tous partenaires à Biarritz. Serge Blanco était alors leur président et à trois reprises (2002, 2005, 2006), ces gens-là remportèrent donc le Bouclier de Brennus. Quinze ans plus tard, il semble que les relations entre ces glorieux représentants du rugby biarrot, qui ont été à une époque de leur vie de vrais amis, se soient considérablement détériorées. Le rappel des faits ? Le voici : après avoir pris la tête du secteur amateur l’an passé, aux côtés de Jérome Thion (trésorier), Dimitri Yachvili ou Imanol Harinordoquy, l’ancien deuxième ligne du club David Couzinet fut destitué par une assemblée générale organisée par Nicolas Brusque et Serge Blanco. Dans la foulée, Brusque avait été élu président mais aussitôt saisi, le juge des référés de Bayonne avait suspendu "les effets des décisions prises lors de l’assemblée générale" de début avril, refusant d’homologuer le bureau alors constitué par Nicolas Brusque.

Brusque et Blanco jugés en mai au tribunal de Bayonne

Si David Couzinet a donc été conforté par la justice dans son rôle de président, le combat n’a pourtant jamais cessé sur la Côte basque. Hier, nous apprenions ainsi que Nicolas Brusque était, quelques semaines après l’éviction de Serge Blanco et via un courrier adressé à son domicile, convoqué par le secteur associatif pour une "procédure disciplinaire", probablement préalable à une exclusion, le 2 mai prochain. Dans cette lettre, il était notamment reproché à Brusque d’avoir octroyé un droit de vote à des personnes non-autorisées à le faire ainsi qu’une incompatibilité entre sa volonté de présider l’association et son titre de "membre du conseil de surveillance".

Pourtant, Brusque avait bel et bien démissionné de son poste au conseil de surveillance le 4 avril, soit au matin de cette assemblée générale élective. Dans un courrier adressé à David Couzinet et à l’association du BOPB, Nicolas Brusque a répondu ceci : "Vos affirmations sont erronées. J’ai été respectueux des statuts de notre association. En outre, au vu des manquements que vous alléguez dans votre correspondance, je vous remercie de me communiquer la liste des membres de l’association." Peu après cet échange de courriers électroniques, on apprenait que Nicolas Brusque, Serge Blanco, mais aussi plusieurs membres bénévoles du club, tous présents lors de cette fameuse assemblée générale élective, avaient été assignés au tribunal par les avocats de l’association du BOPB et seraient jugés à Bayonne début mai. Les uns et les autres risquent entre 1 500 euros et 10 000 euros d’amende, selon les fautes que constatera ou pas le tribunal. Franchement, quand s’arrêtera le feuilleton biarrot ? Quand cesseront donc les règlements de compte ? Autant de têtes avaient-elles besoin de tomber ? Et comment ces gens qui se sont tant aimés en sont arrivés là ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
cantewitko Il y a 7 mois Le 29/04/2022 à 12:26

Faut dire que dès que Serge Blanco est dans le coin....
Dire que ce fut un si grand joueur de rugby....
Mais diriger une organisation avec autant d'intervenants nécessite beaucoup d'humilité...

monach Il y a 7 mois Le 29/04/2022 à 21:39

@cantewitko
Ou comment couler un club, bravo messieurs ça s'appelle la grande classe et je mets tout le monde dans le même panier.