Castres s’ajuste à la marge

  • Castres s’ajuste à la marge.
    Castres s’ajuste à la marge. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pas question de s’enflammer pour le CO, mais les techniciens ont dégagé l’ossature de l’équipe qui jouera la phase finale, si phase finale il y a…

À trois matchs du terme de la saison régulière, les Tarnais sont plus que jamais en course pour l’accession aux matchs couperets. Jamais, dans son histoire récente, le CO n’avait passé autant de journées parmi les qualifiables. Il reste donc trois rencontres à (bien) négocier pour terminer un travail de longue haleine, dont les premières pierres ont été posées dès le mois de juillet dernier. Avant ce déplacement à Biarritz qui s’annonce décisif pour la suite de la saison – un nouveau succès à l’extérieur enverrait sans doute pour de bon les Tarnais en phase finale – il est encore trop tôt pour parler ouvertement de qualification dans les rangs castrais.

Chat échaudé craint l’eau froide et tous au club se souviennent de la cruelle désillusion de la saison passée, qui avait vu les Tarnais échouer à un point de la qualification, même si à l’époque les protégés de Pierre-Henry Broncan revenaient de très loin et étaient plus dans la peau du chasseur que dans celle du chassé. Si évoquer la qualification est encore un sujet tabou, donc, toutes les strates du club s’accordent néanmoins sur un point, parfaitement résumé mardi soir, dans le ventre de la salle Gérard-Philippe de Castres, en aparté de la soirée des Oscars Midi Olympique par le pilier droit Wilfrid Hounkpatin : "Il serait vraiment dommage de baisser pavillon à trois journées de la fin, après tous les efforts que nous avons consentis."

Une équipe type se dégage

Samedi, les Tarnais se déplaceront à Aguilera avec la même ossature d’équipe que celle qui a vaincu Clermont. D’ailleurs, il est possible de présager que ce XV-là n’est pas loin d’être celui qui finira la saison si les blessures et autres impondérables épargnent le CO. En attendant, à Biarritz, quelques changements à la marge viendront apporter un peu de rotation et de fraîcheur à l’équipe : Julien Dumora, qui a beaucoup donné jusqu’à présent, est ainsi laissé au repos. Geoffrey Palis glissera donc à l’arrière, tandis que Martin Laveau fera son grand retour et prendra le poste d’ailier. Le jeune Jérémy Fernandez, touché aux dents contre Clermont, cède sa place à Santiago Arata. Enfin, Antoine Tichit commencera avec le numéro 1, son premier match en tant que titulaire depuis le 26 mars. Messieurs, c’est à vous !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?