Fédérale 2 - Le choc de l’élimination au Havre

  • Grands prétendants au démarrage de la compétition, les Havrais sont tombés en barrage et ne monteront pas en Fédérale 1. Un coup d’arrêt dans leur progression. Photo DR
    Grands prétendants au démarrage de la compétition, les Havrais sont tombés en barrage et ne monteront pas en Fédérale 1. Un coup d’arrêt dans leur progression. Photo DR Midi Olympique - Midi Olympique
Publié le

Fédérale 2 - Les Havrais ont été éliminés de la course à la monrée à la Fédérale 1. Un coup de frein dans leur projet.

Les Havrais sont tombés foudroyés dans la course aux phases finales du championnat de Fédérale 2. Un essai de Tulle encaissé à la 78e minute a mis fin à l’aventure. Cette chute devant la ligne d’arrivée, en ce match des barrages, a produit une déception finalement assez conforme à ce que fut leur parcours. Les Maritimes se sont montrés limités par une insuffisance caractéristique. Sur le terrain de leurs adversaires, ils ont bénéficié des occasions de prendre un avantage déterminant, mais ne les ont pas transformées. Ils ont laissé la place au doute et à la malchance, et cette équipe, et le club, de laisser derrière eux le sentiment d’un potentiel sous-utilisé. Elle a fini cinquième, mais pouvait jouer la quatrième place. Sa structure administrative ne l’avait pas aidée. Le défaut présenté par ses dirigeants en matière d’obligations arbitrales l’avait sanctionnée d’une perte de trois points au classement. Et la voilà qui se perd dans un casse-tête corrézien dont elle a montré qu’elle avait la clef. « C’est le choc, a réagi le co-président Olivier Doutreleau. Je n’ai pas dormi de la nuit. Nous sommes capables du meilleur comme du pire. J’étais vraiment écœuré par cette élimination. Mais il faut rebondir immédiatement. Il y avait un plan A et un plan B, en cas de réussite ou en cas d’échec. Il faut activer le plan B. »

Deux nouveaux entraîneurs ?

Alors que ce club du Havre présentait un budget conséquent d’un peu plus d’un million d’euros, préparé depuis deux ans avec deux cents entreprises à convaincre, cette élimination est le premier coup de canif dans le plan de croissance imaginé par ses responsables. Ils avaient programmé une montée sur deux ans. La saison dernière, ils avaient poliment refusé le coup de pouce administratif proposé par la Fédération, au motif qu’ils ne s’estimaient pas encore suffisamment préparés à jouer en Fédérale 1. Leur saison en Fédérale 2 ne les a pas déjugés. Et ils viennent de manquer leur objectif malgré des conditions de montée très favorables, en raison de la refonte des compétitions. Ils repartiront la saison prochaine dans une configuration classique, avec moins de prétendants de leur dimension, mais aussi moins de places gagnantes. Le club y jouera sa dynamique qui jusque-là le porte. « Je n’accepterai pas de ne pas monter la saison prochaine, prévient le président Olivier Doutreleau. Je prendrai toutes mes responsabilités. Le club doit avancer. » D’après les premiers éléments avancés, la stabilité devrait prévaloir. Les entretiens avec les joueurs vont commencer. Le groupe devrait rester dans son ensemble. Le staff technique sera complété. Le Néo-Zélandais PJ Didlow étant reparti chez lui, des discussions très avancées sont en cours avec un duo d’entraîneurs responsables. Les autres membres du staff pourraient être incorporées dans la nouvelle mouture.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?