Les Brivistes savent où ils mettent les pieds

  • À Perpignan, le capitaine briviste Saïd Hirèche devra montrer la voie aux siens. Photo Icon Sport
    À Perpignan, le capitaine briviste Saïd Hirèche devra montrer la voie aux siens. Photo Icon Sport
Publié le

Si les Corréziens restent maîtres de leur destin, une défaite à Perpignan, dans un contexte hostile, pourrait les mettre un peu plus sous pression… Ils le savent et se préparent en conséquence.

Face à Lyon, les Brivistes ont loupé le coche, ils ont manqué une occasion de valider quasiment leur maintien en Top 14 avant les trois dernières journées. Désormais, pas question de s’apitoyer sur leur sort, les Corréziens de Saïd Hirèche savent qu’un nouveau gros rendez-vous les attend à Perpignan. "Parler, ça ne sert pas à grand-chose. Quand on est piqué dans notre orgueil, il faut s’en servir. Dans ce championnat, il n’y a pas le temps de pleurer", explique le capitaine.

Vous l’aurez compris, les Noir et Blanc vont devoir faire preuve de caractère pour se rendre en Catalogne afin de décrocher un précieux succès, le premier à l’extérieur depuis plus d’un an (voir chiffre ci-dessous) et le premier à Aimé-Giral au XXIe siècle, qui serait synonyme de maintien. "On joue une finale, avoue le talonneur Thomas Acquier. Nous en sommes totalement conscients. On savait que ce maintien serait dur à aller chercher. On sait que jusqu’à présent, nous avons été plutôt très nuls à l’extérieur. Et là, nous nous retrouvons à jouer un match couperet, à Perpignan, dans une ambiance de fou, avec l’Usap qui va vouloir se rapprocher de nous. Ça va être un super match à jouer, avec de grands enjeux." "Ce sera un contexte particulier, hostile, qui plus est pour le match afin d’éviter la 13e place, reprend Saïd Hirèche. Mais ce sera un match de rugby comme un autre. Il faut y aller, jouer comme des bonshommes, et s’envoyer."

Et si les Brivistes auront toujours les cartes en mains après ce week-end, quoiqu’il arrive, ils ne préfèrent pas aborder les deux dernières journées le couteau sous la gorge. "Recevoir Toulouse et aller à Paris, je n’ai même pas envie d’imaginer le scénario où nous jouions le maintien sur ces deux matchs, concède Thomas Acquier. Allons à Perpignan avec la détermination de gagner. C’est un barrage pour la 12e place."

"Ceux qui vont partir ont envie de laisser le club là où il est"

Mais depuis quelques années, les Brivistes connaissent la recette du maintien et peuvent s’appuyer des joueurs expérimentés qui ont déjà connu pareille situation. C’est le cas du talonneur, qui partira du côté de Bayonne à la fin de la saison. "Ce groupe est en capacité de réagir. L’enjeu du match contre Perpignan va prendre le dessus et on va se laisser porter par ça." Alors ont-ils un rôle plus particulier à jouer durant la préparation de ce rendez-vous ? Pas forcément, selon les dires de Saïd Hirèche. "Chacun d’entre nous a un rôle particulier. Tous les mecs qui font partie de ce groupe ont un rôle particulier. Ils l’ont eu depuis le début de l’année, ils l’auront encore là et jusqu’au dernier match ! Des gars vont partir, d’autres vont rester. Comme d’habitude. Mais je pense que ceux qui vont partir ont envie de laisser le club là où il est aujourd’hui. Le plus important, c’est que le club soit en Top 14 la saison prochaine, pour les supporters et pour nous, joueurs", conclut le capitaine corrézien.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?