Arlettaz : « J'ai l'impression que l'on mérite de rester en Top 14 »

  • Arlettaz : « J'ai l'impression que l'on mérite de rester en Top 14 »
    Arlettaz : « J'ai l'impression que l'on mérite de rester en Top 14 » Icon Sport
Publié le

Le technicien sang et or était fier de ses troupes après le net succès obtenu face à Brive (27-10), ce samedi. Il souligne l'énergie des siens et se projette avec détermination et lucidité sur les prochains défis des siens.

Quelle importance cette victoire, sans bonus, revêt-elle à vos yeux ?

Les deux équipes avaient fait de cette rencontre un rendez-vous important. Pour ça, la victoire est magnifique. Sur le contenu, on a été fébrile sur les dix premières minutes puis on est entré dans le match. Ça aurait été bien de prendre les cinq points. Mais on ne va pas faire les frustrés, nous sommes toujours en course pour les deux options qui doivent nous permettre d'atteindre l'objectif du maintien. C'était important de réagir après trois défaites. Il fallait casser cette dynamique. Avec cette énergie-là, j'ai l'impression que l'on mérite de rester en Top 14. Il faut rester vigilants, reproduire ce genre de prestations. Ce groupe le veut plus que tout, le club et le public aussi. Tout ça nous pousse et nous donne la force de remplir cet objectif.

Êtes-vous frustrés par la fin de match ?

On est pénalisés... (sourire) On gagne avec Poite, déjà, c'est super. Ça fait très longtemps que ça n'était pas arrivé à l'Usap. Alors, gagner avec le bonus, c'était comme un doux rêve. On a quelques occasions, on arrive proche de leur ligne mais il y a eu ces fautes... La victoire, on la mérite. Le bonus s'est joué à peu. Il faut être prêt à se maintenir, quel que soit le chemin.

Brive garde la main pour la douzième place et vous êtes encore en position de barragiste...

Vous le savez, je n'ai aucun mal à parler de la finale d'accession. Souvent, elle se joue sur des dynamiques. L'essentiel est de mettre le maximum de chances de notre côté.

Comment analysez-vous la sérénité affichée par vos joueurs après une entame ratée ?

Je l'ai dit aux joueurs avant le coup d'envoi : le meilleur moyen de perdre les matchs couperet, c'est de ne pas se ressembler. J'ai vu une équipe qui ressemblait à ce qu'elle est depuis cinq ans. Avec ses manques de temps en temps et avec ses certitudes. Je ne sais pas si vous vous rendez compte mais il y avait énormément de pression. Il y en a toujours ici. Ça va de pair avec l'attente. C'est dur de jouer comme ils ont joué, avec du déchet, certes, mais sans hésiter, en mettant de la vitesse, en prenant des initiatives... Sincèrement, je salue mes joueurs. Ils peuvent être fiers. Le groupe entier plonge à fond là-dedans, les leaders font un boulot fabuleux pour donner de la confiance et le staff a fait un super travail. Quand vous résistez à la pression, elle s'inverse. Et elle vous amène à devenir meilleurs. Le public a prouvé qu'il méritait aussi le maintien. Lui aussi avait rendez-vous et il a répondu présent. 

On a senti une équipe qui jouait libérée, comme si elle n'avait plus de complexe...

On n'a jamais été trop complexé. Notre début de championnat avait été un peu timide. Mais quand je vois comment mes gars jouent, je n'ai pas l'impression qu'ils aient le frein à main ou qu'ils manquent d'ambition. On fait des conneries, mais c'est notre façon d'être aussi. Parfois, ils sont sublimes et d'autres fois, ils sont stupides. Il faut le supporter. Même si ça fait des ulcères.

Quel est le programme des semaines à venir ?

Nous avons décidé de ne plus avoir de semaines off. Les joueurs l'ont décidé, avec nous. Il va y avoir une coupure lundi et l'on va se retrouver mardi, mercredi et jeudi. Puis, après le week-end, on va reprendre le rythme classique pour préparer le déplacement à Castres. On n'aura rien à perdre. Ils sont sur vingt-deux matchs sans défaite à la maison (vingt). Il ne faut pas que l'on oublie ce que l'on est. On va se présenter en ayant conscience de leur supériorité. Mais il y a plein d'équipes qui sont venues ici et qui étaient supérieures à nous. Brive, aussi, était supérieur à nous.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?