Info Midol - Un front commun entre FFR et FFF pour le Stade de France

  • Il est aujourd’hui possible que la Fédération française de rugby (FFR) et la Fédération française de Football (FFF) créent une société commerciale commune afin d’optimiser les recettes au Stade de France et faire baisser le prix de location de l’enceinte.
    Il est aujourd’hui possible que la Fédération française de rugby (FFR) et la Fédération française de Football (FFF) créent une société commerciale commune afin d’optimiser les recettes au Stade de France et faire baisser le prix de location de l’enceinte. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Il est aujourd’hui possible que la Fédération française de rugby (FFR) et la Fédération française de Football (FFF) créent une société commerciale commune afin d’optimiser les recettes au Stade de France et faire baisser le prix de location de l’enceinte.

Et si Bernard Laporte, patron du rugby français, s’alliait à Noël Le Graët, son homologue du ballon rond, pour faire plier le Stade de France ? C’est aujourd’hui beaucoup plus qu’une éventualité. Mercredi matin, nos confrères de L’Equipe rapportaient donc que les deux hommes avaient déjeuné ensemble le 19 avril, au siège de la Fédération française de football (FFF), à Paris, afin d’évoquer dans ses grandes largeurs les contrats respectifs liant actuellement leurs fédérations au consortium du Stade de France. Pour mémoire, le foot verse environ 1,8 millions d’euros par rencontre à l’organisme qui dirige et entretient l’enceinte quand la FFR paye 1,1 million d’euros. C’est une somme, n’est-ce pas ? Oui, et dans le but de réaliser des économies conséquentes et faire baisser au maximum le prix de la location dans le prochain contrat les liant au consortium dyonisien, football et rugby ont donc décidé de faire front commun.

Un contrat intouchable jusqu’en 2025

Selon nos informations, FFR et FFF envisageraient même de créer une société commerciale commune afin d’optimiser les recettes et profiter du savoir-faire de chacun en matière d’organisation d’évènement : ainsi, puisque la Fédération de football est très forte sur la billetterie (prix des billets, diffusion, faire-savoir, etc.), la FFR est quant à elle bien meilleure que son homologue du ballon rond sur ce qu’on appelle les « hospitalités », soit l’accueil des invités en loges et la tarification de celles-ci.

Si la baisse du prix de location du Stade de France est considérée comme une absolue nécessité par les deux entités, elle ne sera néanmoins envisageable pour le rugby qu’après 2025, date à laquelle se termine le contrat liant l’enceinte de Saint-Denis à la Fédération française de rugby. Celle-ci est-elle aujourd’hui en position de force au moment des négociations ? Clairement, oui.

Depuis que l’équipe de France a retrouvé des couleurs, le Stade de France est quasiment à guichets fermés sur chacune des rencontres des Bleus et, hasard ou coïncidence, s’est redécouvert comme un stade à la fois agréable et brûlant, les soirs de grand match. Et puis, quels spectacles remplaceraient-ils le XV de France durant la tournée d’automne (deux rencontres par an) ou le Tournoi des 6 Nations (deux ou trois rencontres par an), si ceux-ci décidaient d’aller jouer dans l’un des stades rénovés pour l’Euro 2016, que ce soit à Lyon, Bordeaux, Lille ou Marseille ? On a beau chercher…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?