Pro D2 - Face à Bayonne, Carcassonne a rendez-vous avec l’histoire

  • Les Carcassonnais ont la possibilité d’écrire un beau chapitre de l’histoire du club. Une victoire jeudi face à Bayonne leur ouvrirait les portes de la qualification.
    Les Carcassonnais ont la possibilité d’écrire un beau chapitre de l’histoire du club. Une victoire jeudi face à Bayonne leur ouvrirait les portes de la qualification. Midi Olympique - Stéphanie Biscaye
Publié le

Jeudi soir, l’USC va disputer la rencontre la plus importante depuis son accession en Pro D2. Outre le billet pour les barrages, c’est peut-être le dernier match à Domec pour Clément Doumenc et « Dede » Ursache, deux joueurs emblématiques.

Quand on évoque le ballon ovale dans la Préfecture audoise, on pense légitimement à Carcassonne XIII. L’autre pensionnaire d’Albert-Domec est à ce jour, le club le plus titré du championnat Elite avec sur sa carte de visite l’empreinte de quatorze Coupe de France Lord Derby et onze boucliers Max-Rousié (trophée honorant le champion de France à XIII).

En termes de palmarès, celui de l’USC est bien plus modeste que celui de son ami et rival treiziste. Sur son bristol, le sacre national Honneur en 1951, le titre Troisième Division (1966), Deuxième Division (1975), Fédérale 2 (2008) et Fédérale 1 (2010) constituent les plus belles références sportives avec seulement un mémorable huitième de finale de Première Division en 1979 perdu (21-12) face au futur champion narbonnais. Or, jeudi soir, l’équipe du président Calamel a l’opportunité de faire de cette saison 2022 un moment inoubliable, si elle vient à prendre le meilleur sur Bayonne, son invité du soir.

Les hommes de Christian Labit ont quatre-vingts minutes pour écrire une belle page de ce club atypique, attachant, humain et authentique. Depuis août 2010, Carcassonne a livré à ce stade du Pro D2 trois-cent-cinquante matchs. Ce trois-cent-cinquante-et-unième résumera douze ans d’histoire de l’USC dans le monde professionnel. Une victoire ouvrirait ainsi les portes de la qualification qu’elle n’a jamais connue jusqu’à présent.

Elle effacerait aussi la frustrante désillusion de la saison 2012. Cette année-là, lors de la dernière journée, Béziers (victoire 49-45) avait ôté le point du bonus offensif et offert à la Rochelle une qualification miraculeuse. « On avait terminé à la sixième place, celle du premier non qualifiable. Dix ans après, ça reste un douloureux souvenir », ajoute Jean Serrasse, l’intendant historique du club.

« Tous à Domec jeudi soir »

Pour ce rendez-vous avec l’histoire, le club a mis en place une opération séduction auprès du public. « Tous à Domec », tel est le slogan. La tribune Canal du Midi (la principale) propose un tarif unique à 12 euros, les pesages à 5 euros, la gratuité pour les moins de 10 ans. Jeudi soir, les dirigeants carcassonnais souhaitent ainsi effectuer la meilleure affluence de la saison et enlever des tablettes le record des 6 443 spectateurs venus assister le 25 février dernier au derby de l’Aude.

Tout est mis en en œuvre pour que ce jeudi 5 mai devienne une date à marquer d’une pierre. « On joue au rugby et on entraîne pour vivre de tels moments, précise l’entraîneur des avants, Mathieu Cidre. Jeudi soir, on a la possibilité d’écrire un beau chapitre de l’histoire du club. Nous sommes proches de l’objectif que nous nous sommes fixé en début de saison. Il y a dans cette rencontre de la passion et de l’émotion. » Jeudi soir, c’est peut-être le dernier match à Domec pour une partie du groupe.

Dans ce match aux parfums éliminatoires, espérons que l’émotion ne prendra pas le dessus sur l’enjeu. » Jeudi soir, Clément Doumenc, « Dede » Ursache, Pierre Huguet, Maxime Castant vont (peut-être) fouler Domec avec le maillot jaune pour la dernière fois. Ces grands et admirables serviteurs du club ne peuvent pas partir sur un revers. Même si l’adversaire est l’Aviron bayonnais.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?