Top 14 - Les Palois tapent le mur

  • Pau n'a pas su résister à la puissance du Racing 92
    Pau n'a pas su résister à la puissance du Racing 92 Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après avoir vu leur rêve de Top 6 s’envoler, les Palois disent au revoir à la course à l’europe. La fin de saison pourrait être longue.

La Section est à l’arrêt. Après avoir nourri les espoirs les plus fous en signant trois succès consécutifs, dont deux à l’extérieur, les Palois ont perdu pied en cette fin de marathon. Les adeptes de la discipline connaissent bien le phénomène, ce mur des 30 kilomètres où l’inévitable chute d’énergie peut vous contraindre à l’abandon, faute de carburant musculaire. à Jean-Bouin, les Béarnais ont dit au revoir à leur rêve de phase finale, face au Racing 92, c’est une éventuelle qualification pour la prochaine Coupe d’Europe qui s’est envolée.

Les hommes de Sébastien Piqueronies n’avancent plus et ont même été méconnaissables dans le dernier quart d’heure. Souvent héroïques pour défendre leur ligne grâce à une énergie collective extraordinaire pendant cette saison, ils ont rendu les armes bien avant le coup de sifflet final, encaissant vingt-deux points lors des dix-huit dernières minutes. Un fin de match « honteuse » selon les propres mots de l’arrière Antoine Hastoy, qui laisse à penser que cette fin de saison va être bien longue pour des Palois sans objectif à atteindre, officiellement maintenus depuis la semaine passée et alors que la huitième place semble maintenant hors de portée.

160 minutes pour s’améliorer

Le manager palois n’est pas de cet avis : « On a quelque chose de fondamental à jouer : jouer pour notre honneur et l’image que nous voulons donner, c’est-à-dire qui on veut être réellement. On a la prétention de vouloir grandir, de faire grandir notre jeu, et grandir au classement. On joue pour finir à la meilleure des places car pour moi, ce n’est pas du tout la même chose de finir à la onzième ou à la dixième place voire à la neuvième place, si on le mérite. Il faut jouer pour rendre notre public heureux et fier de nous. Soyons fidèles à nos valeurs, c’est bien plus important que de seulement gagner des matchs […] On veut finir le plus haut possible. On se sent légitimes pour contrarier les grosses équipes de ce championnat et batailler avec elles. Aujourd’hui, on est légitime pendant soixante et une minute, et lors des dix-huit dernières, on doit se remettre au travail et en question terriblement. Restons ambitieux mais travaillons sur des axes d’amélioration bien ciblés. » Il reste maintenant 160 minutes pour savoir si cette Section peut franchir le mur sur lequel elle vient de buter à deux reprises. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?