Top 14 - Non, ce Toulouse-là n’est pas mort…

  • Le Stade toulousain a remis l’église au centre du village en triomphant de La Rochelle au terme d’un match magnifique d’engagement.
    Le Stade toulousain a remis l’église au centre du village en triomphant de La Rochelle au terme d’un match magnifique d’engagement. Midi Olympique - Midi Olympique
Publié le

Le Stade toulousain a remis l’église au centre du village en triomphant de La Rochelle au terme d’un match magnifique d’engagement.

Que ceux qui en doutaient se rassurent : il faudra bien compter sur le Stade toulousain ce printemps et les esprits chagrins, qui imaginaient le tenant du titre tôt céder sa couronne pour avoir traversé une période délicate au sortir de l’hiver, en sont quittes pour observer avec respect les prémices du réveil de la bête.

Le Stade toulousain est une grande équipe et l’a encore prouvé ce samedi soir, dans un Stadium de Toulouse en fusion et tout acquis à sa cause. Pourtant, pris à froid par un essai de Brice Dulin très précoce (4e), les Stadistes auraient pu douter. Il n’en fut rien : dans la foulée, Antoine Dupont, une nouvelle fois exceptionnel dans son rôle de premier chasseur, contrait ce même Dulin pour aller aplatir son troisième essai de la saison en Top 14 (6e). Le match était lancé et les spectateurs allaient alors assister à un délicieux crescendo, qui allait atteindre des sommets d’intensité, « proche de celle d’un test-match », dixit Ronan O’Gara, manager de La Rochelle.

Thomas Ramos, excellent à l’arrière samedi soir, était lucide au sortir du match : « Une défaite face aux Maritimes aurait sans doute été éliminatoire. Gagner contre cette équipe de La Rochelle, qui est une très belle équipe et qui n’est sans doute pas à sa place au classement, est vraiment une très belle performance. En plus, les Rochelais repartent avec zéro point et au vu des autres résultats de la journée, c’est un excellent résultat. »

Une guerre tactique

Les Toulousains ont su remporter la bataille tactique, en imposant aux Rochelais de jouer chez eux. « On a su bien occuper le terrain en deuxième période, après une première mi-temps où les deux équipes se rendaient coup pour coup. On a su les tenir dans leur camp et c’est peut-être ça qui nous fait gagner. » L’arrière du Stade toulousain a aussi réalisé un geste défensif de grande classe, annihilant une action d’essai rochelaise : « Prendre des points à ce moment-là aurait été une très mauvaise idée. Je perds un duel aérien, je vois Gregory Alldritt qui a la balle. Je connais un peu sa feinte du regard, je sais qu’il va faire la passe. J’ai un peu de réussite, ensuite, avec un bon coup de pied et un rebond positif. Dillyn Leyds est au sol et je trouve un 50 : 22 précieux. Cela fait du bien de voir que les choses tournent en notre sens. Cela faisait un moment que nous n’avions plus trop de réussite, que les bons rebonds nous fuyaient. 

Toulouse a deux dernières journées qui semblent accessibles (déplacement à Brive, réception de Biarritz). Un dernier coup de reins à donner pour assurer la présence dans les six qualifiables. Mais avant cela, il faut basculer sur un quart de Coupe d’Europe au Munster, où les Toulousains ont aussi un titre à défendre. Pas simple, la vie d’artiste !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?