Tournoi des 6 Nations Féminin - Romane Ménager : « Nous avons manqué de justesse »

  • Auteure d’un essai, Romane Ménager (Troisième ligne du XV de France), revient sur la défaite et donne son ressenti sur ce tournoi 2022.
    Auteure d’un essai, Romane Ménager (Troisième ligne du XV de France), revient sur la défaite et donne son ressenti sur ce tournoi 2022. Midi Olympique - Pablo Ordas
Publié le , mis à jour

Auteure d’un essai, Romane Ménager (Troisième ligne du XV de France), revient sur la défaite et donne son ressenti sur ce tournoi 2022.

Au lendemain de ce crunch, comment allez-vous ?

Il y a, forcément, un petit goût amer. Nous sommes un peu déçues du résultat, mais nous allons travailler sur ce match et j’espère que ça ira mieux pour les prochaines rencontres.

Qu’est-ce qui vous a manqué pour rivaliser avec les Anglaises ?

Je pense que nous avons manqué de justesse. Nous n’avons pas été assez au point sur tout ce qui concerne les phases de conquête. Sur ce domaine, je pense juste que nous n’avons pas réussi à nous adapter au mieux. Contre des équipes comme l’Angleterre, ça coûte cher. Il a également manqué un peu de pragmatisme. Les Anglaises, elles, l’ont été plus que nous.

En fin de première période, alors que vous êtes menées (21-7), vous avez un temps fort sur lequel vous ne marquez pas. Le match se joue-t-il là-dessus ?

Oui, je pense que nous devons être un peu plus tueuses dans ces phases-là. Nous devons concrétiser. Face aux Anglaises, il fallait marquer au bon moment. Nous n’avons pas réussi à le faire et nous l’avons payé à la fin.

Y a-t-il des regrets ou les Anglaises étaient-elles nettement supérieures ?

Oui et non. Je pense que, pour la plupart, nous sommes quand même assez fières du match. Nous avons réussi à renvoyer une belle image. Comme je disais tout à l’heure, le seul problème est que nous avons manqué de justesse. C’est un point que l’on doit corriger très vite si on veut faire de belles choses pendant la Coupe du monde qui va arriver.

Y avait-il trop de pression autour de ce match ?

Non, je ne pense pas. C’est sûr que c’était un match à enjeu, on l’attendait depuis longtemps. On l’a pris comme une finale et on savait à quoi s’attendre. On ne s’est pas mis plus de pression que ça. Les jours avant la rencontre, il y avait une superbe ambiance dans le groupe.

Vous n’encaissez que trois points en seconde période et vous n’avez été franchies qu’une seule fois dans ce match. Est-ce une source de satisfaction ?

On sait sur quoi on a été défaillantes, mais au niveau de la défense, nous avons réussi à être performantes. Ce sont des points sur lesquels il faut qu’on se rassure, aussi, avec ce type de match. L’attaque anglaise a fait beaucoup de mal à de nombreuses équipes pendant ce 6 Nations, mais sur ce match-là, nous n’avons pas été forcément inquiétées.

Quel a été le programme après le match ?

Nous avons eu le mot du président, puis nous avons passé la soirée ensemble, avec les filles qui avaient fait le grand chelem de 2002. Elles avaient présenté le match, c’était sympa de se retrouver. Ce sont des moments importants pour un groupe. On apprend aussi des défaites.

C’est la première fois que vous veniez jouer à Jean Dauger. Qu’avez-vous pensé de l’ambiance ?

Ici, on sent que les gens sont vraiment passionnés. Nous avons été très bien accueillies. C’était chouette de pouvoir jouer devant un public aussi passionné. Ce fut une très belle expérience.

Vous avez déjà gagné deux Tournois avec les Bleues. Si on compare avec les autres épopées, qu’a-t-il manqué à cette génération pour l’emporter ?

Je n’ai pas trop de recul là-dessus. Je pense qu’à notre niveau, ça se joue sur des détails. Nous avons manqué de précision sur certaines choses et nous le payons. Mais je ne pense pas que ce groupe ait quelque chose en moins par rapport aux années où nous avions gagné le Tournoi ou le grand chelem.

Dans sa globalité, quel regard portez-vous sur ce tournoi ?

Je pense que ça a été très enrichissant. On apprend à se connaître au fur et à mesure. Le groupe a pas mal changé pendant le Tournoi. On a appris à s’adapter et à bosser ensemble. On crée quelque chose et c’est positif pour la suite.

Personnellement, avez-vous été satisfaite de vos matchs ?

Oui, ça va. C’est un peu particulier, mais ce sont forcément toujours des bons moments. Sportivement, je peux toujours apporter un peu plus, mais dans l’ensemble, j’ai passé un bon Tournoi, j’en suis plutôt contente.

À l’automne prochain aura lieu le mondial. D’ici là, pensez-vous pouvoir rattraper le retard qui vous sépare, aujourd’hui, des Anglaises ?

On s’est clairement dit que nous allions  bosser très dur. Nous allons chercher à travailler ce qui nous manque pour pouvoir être, le jour J, les plus performantes et au point.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?