Bourg veut s’offrir une finale à Grenoble

  • Le capitaine Loïc Baradel symbolise la détermination de l’USBPA. Photo Stéphanie Biscaye
    Le capitaine Loïc Baradel symbolise la détermination de l’USBPA. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Un moindre faux pas pourrait officialiser un retour en Nationale. Mais les Violets s'accrochent à leurs espoirs de maintien. Cela passe par un sans-faute. D'abord devant Colomiers.

"On y croit", lancent avec détermination les Bressans à l’issue de l’entraînement en début de semaine. Depuis leur défaite à domicile devant Nevers, les joueurs de Bourg-en-Bresse n’ont plus le droit à l’erreur. Alors les Violets considèrent qu’ils ont désormais débuté leurs phases finales. Après un succès à Béziers, ils affrontent ce vendredi Colomiers avant de boucler leur saison à Grenoble jeudi prochain. "Nous avons réussi notre quart de finale à Béziers et nous nous attaquons à notre demi-finale face à Colomiers", image le manager Fabrice Estebanez. Pour espérer ensuite une "finale" en Isère. "Les joueurs sont mobilisés, impliqués, concentrés et dégagent beaucoup d’énergie, apprécie le technicien. Il y a l’envie d’aller valider un objectif qui n’a jamais été rempli ici."

Après trois descentes immédiates lors des précédentes montées, Bourg espère cette fois-ci bousculer le destin. "Après avoir été à jamais les premiers champions de Nationale la saison passée, nous pouvons être à jamais les premiers à se maintenir à Bourg, salive le capitaine Loïc Baradel. Un gros match nous attend. Si nous voulons montrer que nous avons notre place dans ce championnat, nous nous devons d’enchaîner les performances. Avoir fait un coup à Béziers ne servirait à rien si nous chutons ensuite à la maison. À nous de continuer de mettre l’engagement et l’enthousiasme mis depuis plusieurs semaines. Toute l’équipe a hâte d’y être." Il y aura une forme de continuité après le match disputé dans l’Hérault avec 13 joueurs reconduits dans le XV de départ.

Duel à distance

Dans son duel à distance avec Rouen, Bourg doit réussir à l’emporter devant Colomiers, un candidat aux phases finales. "C’est une équipe qui aime jouer à l’image de Toulouse en Top 14, indique Fabrice Estebanez. Avec du jeu debout et des joueurs qui multiplient les "offloads"." Le staff a décidé d’adapter les entraînements du début de semaine. "Il y a eu un gros combat à Béziers, les premières chaleurs arrivent et il faut alléger les entraînements, s’adapter." Écourter les séances mais garder une haute intensité tout de même. Concentrés, les Violets ont multiplié les ballons portés bien compacts et les lancements de jeu tranchants. En dehors du terrain, les joueurs ont aussi travaillé en vidéo par petits groupes sur l’adversaire à venir. Ce qui avait déjà parfois été fait par le passé. "Je leur demande de s’impliquer un peu plus dans le projet, qu’ils s’approprient les choses, explique Fabrice Estebanez. Ils voient la même chose que le staff mais ce sont eux qui le voient. Donc ils s’approprient plus les choses. Ils analysent puis échangent entre eux." Vendredi soir, ils devront trouver la brèche et enfin réussir à faire tomber une équipe du top 6 dans leur antre de Verchère. Et se livrer, sans regret. Car ces dernières semaines, les Bressans ont eu un peu de mal à complètement se lâcher devant leur public. "Nous sommes morts de faim, promet Loïc Baradel. Même si nous n’en doutions pas, nous avons eu un public incroyable. Il n’a pas eu tous les résultats qu’il méritait et nous avons à cœur de bien finir cette saison."

Les Burgiens sont désormais "en mission" pour boucler victorieusement cet exercice. "Sur cette fin de saison, nous n’y arriverons que si les joueurs croient en ce qu’ils font, reprend Fabrice Estebanez. Nous n’avons plus le choix : nous devons gagner nos deux derniers matchs. Peu importe qui il y a en face." Sur un fil, Bourg est condamné à gagner. Et s’offrir une semaine de plus avec l’espoir d’un premier maintien historique en Pro D2.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Julien Veyre
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?