Mont-de-Marsan, en route pour les étoiles

  • Mont-de-Marsan, en route pour les étoiles
    Mont-de-Marsan, en route pour les étoiles Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le Stade Montois clôture sa saison par une quinzième victoire sur sa pelouse, synonyme de première place et de demi-finale à domicile.

Les Montois n’ont pas réalisé leur meilleure prestation de la saison, ce n’est pas leur faire injure que de le dire. Ils le savaient d’ailleurs parfaitement, du manager Patrick Milhet à Christophe Loustalot, de retour à la compétition et auteur d’une rentrée de haut vol : « Nous avons eu beaucoup trop de déchets et d’imprécisions en début de rencontre pour construire notre match comme nous avons l’habitude de le faire. Heureusement, nous avons su peu à peu revenir dans le cadre et renverser la vapeur, ce qui est quand même positif. Dans l’optique de la demi-finale, ce n’est pas plus mal d’avoir eu à batailler. Il ne nous est pas souvent arrivé cette saison d’être mené à vingt minutes de la fin. Nous avons su nous sortir de cette situation, cela peut nous servir pour la suite. »

C’est en effet le point le plus positif de la soirée. Même malmenés, les Montois ont trouvé les ressources pour renverser la tendance, sans rien faire d’extraordinaire, mais en étant capables de corriger, de s’adapter stratégiquement et de trouver les solutions.

Finir sur un titre

L’essentiel est donc assuré, à savoir la première place du championnat. Il s’agit maintenant de se projeter sur les phases finales, dont on sait qu’elles n’entérinent pas toujours la logique de la saison régulière. Les Landais en sont conscients et ont maintenant à gérer au mieux les trois semaines qui les séparent du 29 mai. Trois semaines excitantes, et qui pour certains, vont avoir une saveur particulière.

C’est le cas de Carlos Muzzio, au club depuis huit ans, qui mettra un terme à sa carrière à la fin de cet exercice. Honoré par le club à la fin de la rencontre, avec ceux qui vont partir, le guerrier argentin était ému en évoquant les moments qu’il lui reste à vivre avec ce maillot jaune et noir qu’il aime tant : « J’ai connu beaucoup de choses ici, des phases finales, une saison dernière difficile, mais jamais de titre. Je rêve d’y parvenir enfin, pour récompenser le travail que nous avons réalisé depuis le début de saison. Je me lève tous les jours pour être champion, et j’espère que nous sommes tous dans le même état d’esprit. Il faut travailler très dur pour y parvenir, mais cela en vaut la peine, car ça n’arrive pas souvent et ça marque une carrière pour toujours. Pour nous, mais aussi pour ce club, qui n’est pas le plus riche, ce serait quelque chose d’extraordinaire. Mais pour cela, il faut avoir plus envie que les autres. En phases finales, tous les clubs jouent bien au rugby, mais c’est celui qui a le plus envie qui l’emporte à la fin. »

Pour l’ensemble de son œuvre, on souhaite à Carlos de soulever le bouclier le 5 juin prochain. Mais c’est une autre histoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?