Ce Leinster est une machine de guerre !

  • Les Leinstermen ont déroulé en première mi-temps avant de gérer leur avance.
    Les Leinstermen ont déroulé en première mi-temps avant de gérer leur avance. Sportsfile / Icon Sport
Publié le

On s’attendait à un quart de finale palpitant, il n’en a rien été. Le Leinster a survolé les débats face à des Tigres vraiment trop médiocres. Toulouse aura du pain sur la planche à Dublin.

Le Leinster affrontera donc Toulouse en demi-finale de Champions Cup, et ce ne sera sans doute pas un cadeau. Les Irlandais n’ont pas simplement battu les premiers du championnat anglais, ils les ont presque surclassés, plus que ne l’indique le score ou la balance des essais (deux partout).

À vrai dire, tout le monde s’attendait à un quart de finale plus palpitant à Welford Road. Mais à la pause, les joueurs de Dublin menaient 20 à 0 et ils n’ont finalement pas beaucoup tremblé après le repos malgré la tentative de remontée d’un Leicester trop médiocre pour s’offrir le droit de rêver.

Josh van der Flier a marqué le premier essai dès la 14e minute. À la suite d’une touche à 5 mètres conquise par Jack Conan, le troisième ligne aile international a plongé facilement dans l’en-but. Le Leinster a donc mené assez rapidement 10 à 0, le début d’une démonstration d’efficacité ponctuée d’un second essai de Robbie Henshaw, lancé tout droit après une séquence riche de quatorze temps de jeu. À 20 à 0 à la pause, on ne donnait pas cher de la peau des Tigers de Leicester, incapables de se dépêtrer de la domination territoriale des Irlandais. Les visiteurs obtenaient même des pénalités en mêlée, ce qui avait le don évidemment de vexer le capitaine et pilier Ellis Genge.

James Ryan et Jamison Gibson-Park au-dessus du lot

En fait, ce score démesuré donnait raison à Steve Borthwick, le manager de Leicester qui avait fait remarquer que ses adversaires avaient donné quinze jours de repos à leurs titulaires avant cette rencontre. Lui avait fait jouer deux journées de championnat anglais avec des équipes solides.

Et puis, le format particulier du rugby celte donne un avantage mécanique au Leinster : treize des quinze titulaires étaient internationaux (seuls Ross Molony et Jimmy O’Brien ne l’étaient pas) et dix d’entre eux ont commencé le dernier match de l’Irlande du Tournoi des 6 Nations.

En tout cas, si l’on doit citer deux noms au sein de cette machine de guerre venue de Dublin, on pensera au demi de mêlée Jamison Gibson-Park, vif et lucide dans la distribution du jeu, et au deuxième ligne James Ryan. Ce dernier revenait juste de blessure, il n’avait plus joué avec le maillot frappé de la harpe celtique depuis le mois d’octobre (mais on l’avait vu en équipe nationale). Il a fait un festival, notamment en touche où il a perturbé plusieurs lancers adverses.

Leicester a essayé de redresser la barre, mais les entrées du colossal Nemani Nadolo et du chevronné Richard Wigglesworth n’ont pas amené grand-chose. Trop d’imprécisions, trop de bourdes à l’image du fameux Harry Potter qui n’avait rien d’un magicien. Il fut à deux doigts d’offrir un troisième essai aux Irlandais sur un dégagement totalement loupé. Même la mêlée de Leicester fut sanctionnée malgré Genge, Cole et Montoya. Le pilier droit australien du Leinster Michael Ala’alatoa a montré en fin de partie qu’il pouvait apporter autant que Tadhg Furlong.

Retenons tout de même l’essai de Chris Ashton sur une passe sautée d’école de George Ford, petit rugissement de plaisir dans un après-midi extrêmement morne. L’ultime essai de Dolly sur ballon porté ne voulait plus dire grand-chose.

Quant au Leinster, il attendra les Toulousains samedi prochain (16 heures) avec beaucoup de certitudes. C’est le propre des machines de guerre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?