Champions Cup - Le Leinster, plafond de verre pour le Stade toulousain

  • En 2019, le Leinster avait fait chuter le Stade toulousain.
    En 2019, le Leinster avait fait chuter le Stade toulousain. Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Comme il y a trois ans, Toulouse va défier en demie le Leinster sur ses terres. Un match qui avait marqué les dernières limites de cette équipe. Mais qui l’avait aussi fait grandir.

Même lieu, même décor, même adversaire. Il y a trois ans, le 21 avril 2019, c’était déjà le Leinster que Toulouse avait affronté à l’Aviva Stadium en demi-finale de Champions Cup, au cours d’une saison qui marquait le retour du club français dans l’élite du rugby européen. Un exercice qui avait vu les Rouge et Noir soulever le vingtième Bouclier de Brennus deux mois plus tard.

Mais ce jour-là, à Dublin, ils s’étaient inclinés. Surtout, jamais ils n’avaient semblé en mesure de battre les Irlandais. « Nous étions tombés sur une équipe du Leinster bien plus forte que nous, explique Romain Ntamack. On a beaucoup appris de ce match-là. Il nous a marqués dans le bon sens du terme. C’était la première demi-finale européenne du club depuis un moment et elle nous a permis d’analyser ce qui nous manquait. » À vrai dire, c’est même la seule fois, depuis 2018, que ce groupe a touché ses limites dans un match couperet.

En 2020, il avait aussi perdu en demie à Exeter mais cela n’avait rien à voir, dans un contexte rendu particulier par les contraintes liées au Covid, tant les Toulousains avaient eu des occasions de prendre l’ascendant durant la rencontre. Alors forcément, quand ils restent sur deux titres de champion de France un de champion d’Europe, et un doublé historique l’an passé, il était écrit qu’il leur faudrait recroiser ce même Leinster.

Question de suprématie. Ce sera samedi. « C’est encore un gros défi qui nous attend mais on va s’accrocher », prévient Julien Marchand. Sur le papier, malgré un trophée qui trône toujours dans la vitrine d’Ernest-Wallon, lui et ses coéquipiers ne vont pas s’avancer en favoris. « Il va falloir revenir ici, face à encore plus costaud », souriait Ntamack après la victoire face au Munster.

Le besoin impérieux de fraîcheur

La démonstration du Leinster samedi, qui menait rapidement 20-0 sur le terrain d’un Leicester leader incontesté de Premiership, n’est pas de nature à rassurer. Surtout, les cent minutes incroyables d’intensité disputées à l’Aviva vont laisser des traces dans les rangs toulousains. « On ne va pas trop y penser, avoue Ntamack. Les corps sont pas mal meurtris et tout le monde a besoin de récupérer car le week-end prochain s’annonce encore très rude. La semaine va, je pense, être basée plus sur l’analyse et la récupération, que sur l’entraînement. » 

C’est même une certitude. Le manager Ugo Mola, qui a récemment réussi à offrir quelques plages de repos à ses internationaux déjà très sollicités par le Tournoi des 6 Nations, sait combien son équipe doit garder de l’enthousiasme et de l’énergie pour espérer un nouvel exploit. Jean Bouilhou ne le cache pas : « Notre rugby, les joueurs le connaissent par cœur à ce moment de la saison. Le plus important dans les prochains jours, ce sera la fraîcheur et donc la régénération. » 

Il faudra également faire le point complet sur un effectif déjà réduit, qui a sûrement perdu Maxime Médard (commotion et cuisse), Dimitri Delibes (cheville) et peut-être Baptiste Germain (genou) pour cette échéance. Les retours de Juan Cruz Mallia et Zack Holmes sont quasiment actés, mais d’autres seraient les bienvenus. Rien ne sera de trop pour gravir cette montagne. Les Toulousains ont déjà payé pour le savoir… Mais, malgré les aléas, ils ont aujourd’hui trois ans, un CV interminable et un précieux vécu commun de plus.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?