Les Unionistes de Cognac sauvés au bout du suspense

  • Les Unionistes de Cognac sauvés au bout du suspense
    Les Unionistes de Cognac sauvés au bout du suspense Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Englués dans le bas du classement toute la saison, les Unionistes sont parvenus à sauver leur peau grâce à un final époustouflant.

Le coprésident unioniste Christophe Lacombe le répétait depuis le mois de janvier : «Nous jouerons notre maintien lors de notre dernier match de la saison, à la 80e minute.» Il s’est trompé de quelques minutes. Dimanche, à l’issue d’un match spectaculaire et équilibre, les Unionistes avaient fait le travail en écartant Chambéry (33-27). Réunis au centre du terrain, le groupe attendait avec inquiétude la fin de la rencontre opposant Dax à Aubenas-Vals. Après cinq minutes interminables, le verdict tombait et entérinait le maintien de Cognac-Saint-Jean-d’Angély.

Plombés en début de saison par des défaites à la maison, jamais les Unionistes n’étaient parvenus à enchaîner deux bons résultats de suite. Mais si leur début de saison avait été raté, la fin a été placée sur le signe du boulet de canon. Lors des six derniers matchs, l’UCS s’est en effet imposé à quatre reprises. La tête dans le seau après la défaite face à Aubenas-Vals, il y a quelques semaines, les Charentais avaient surpris tout le monde en s’imposant, là encore sur le fil, à Dax. «Cette saison, admettait le pilier géorgien Giorgi Sharashidze, nous avons connu des hauts et des bas mais nous n’avons jamais lâché.» Le capitaine Matthieu Billou avait du mal à masquer son émotion : «C’est une victoire sur et en dehors du terrain ; c’est aussi la victoire des deux villes et de ceux qui venaient nous taper sur l’épaule après des courtes défaites ici. J’ai une pensée pour tous ceux qui quittent le club aujourd’hui, ils s’y sont filés et ils peuvent partir la tête haute.»

Un bien joli cadeau

Devant un public record, les joueurs de l’UCS ont profité de la dernière rencontre de la saison pour présenter la prestation la plus aboutie depuis septembre. Devant les anciens Gérald Merceron et Jérôme Di Tommaso, les Charentais ont été irréprochables. «J’ai une pensée pour tous les joueurs. Nous nous sommes fait peur à tous les matchs, nous avons été sans munitions avec la pièce qui tombait du mauvais côté mais l’équipe a toujours fait front. Cette fois, la pièce est tombée du bon côté, à Dax surtout», résumait un Fabrice Landreau soulagé par ce dénouement.

Bien sûr, ce maintien, obtenu au bout du bout du suspense, devra entraîner une mise à plat du fonctionnement de ce jeune club. L’Union Cognac Saint-Jean-d’Angély est en effet née en mai 2017. Pour son cinquième anniversaire, l’UCS s’est offert un bien joli cadeau. Mais la prochaine saison sera aussi exigeante que celle-ci. Les dirigeants vont s’atteler à la tâche dès mardi. On sait déjà que Diego Giannantonio va retourner en Argentine mardi. Son successeur pour entraîner les lignes arrière est déjà connu : il s’agit de l’ancien international fidjien Jone Daunivucu.

Mais avant d’évoquer la prochaine saison, les joueurs et les dirigeants ont mérité une belle fête.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Philippe BREGOWY
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?