Première place : Mont-de-Marsan aux jambes de feu

  • Les Montois peuvent clairement viser une montée en Top 14.
    Les Montois peuvent clairement viser une montée en Top 14. Icon Sport
Publié le

Ils l'ont appris ce jeudi soir, ils seront en demie ! Après une saison exceptionnelle, les Montois vont bel et bien terminer à la premièrer place de Pro D2. Les Landais espérent prolonger le plaisir.

Le Stade montois premier de la saison régulière, sincèrement voilà l’une des plus belles surprises de l’histoire du Pro D2. Avant la dernière journée, les Landais sont sûrs de jouer une demi-finale à domicile (mais impossible de pronostiquer contre qui). On imaginait que Patrick Milhet allait faire souffler quelques cadres lors de la prochaine journée à Aix-en-Provence dans un match sans enjeu pour son équipe. Et après, Mont-de-Marsan aura deux matchs pour valider un billet pour le Top 14, neuf ans après son dernier séjour.

Mais le manager a indiqué qu’il ferait le prochain déplacement avec sa meilleure équipe possible : « On ne peut pas rester deux semaines sans jouer. » Évidemment, quelques blessés légers pourraient être économisés, les cas de Yoann Laousse-Azpiazu ou Leandro Cedaro (34 ans) seront examinés car ils ont beaucoup donné ces derniers temps en termes de temps de jeu. Mais quel que soit l’avenir, la saison 2021-2022 des Jaune et Noir restera inoubliable. Qui aurait pu prévoir un tel parcours avec un effectif a priori sans "vedettes" descendues de l’étage supérieur ? Nous avions été interpellés par cette série initiale de cinq victoires, dont une à Carcassonne, présenté comme un outsider. Mais de là à imaginer une marche aussi triomphante ?

Le Stade montois a gagné quinze fois sur quinze à domicile dont dix fois avec le bonus offensif. Six fois, les Landais ont passé la barre des quarante points, ce bilan ressemble à celui d’une grosse écurie qui aurait un mécène motivé pour la faire remonter coûte que coûte, sauf que ce n’est pas le cas. Ce Mont-de-Marsan ultra-offensif bénéficie de la conjonction de son travail de formation et d’un recrutement réussi. De la première catégorie relèvent l’éclosion du demi de mêlée Léo Coly, évidemment (mais il a déjà signé à Montpellier), de l’arrière Alexandre De Nardi, de Léo Banos le troisième ligne ou de Julien Lestremau, l’ailier.

Dans la seconde catégorie, on mettra l’Argentin Lucas Mensa qui jouait à Valence-Romans, les anciens Biarrots Gauthier Doubrère et Willy Du Plessis ou Pierre Sayerse (ex-Montauban). On a souvent dit que la force du Stade montois 2021-2022 était de pouvoir s’appuyer sur un effectif particulièrement homogène d’une quarantaine de joueurs.

Chez nos confrères de Sud-Ouest, en novembre 2021, le président Jean-Robert Cazeaux a expliqué qu’il avait consenti à une rallonge budgétaire substantielle pour "densifier l’effectif et faire face à une saison très longue" et surtout pour éviter les erreurs du passé quand le club jouait avec une équipe qui se partageait entre cadres trop utilisés et joueurs ignorés par le staff. Deux matchs nous reviennent en mémoire : la victoire à Béziers (32-22) et à domicile face à Aurillac (38-10), deux vrais coups d’éclat car réalisés avec des XV de départs soi-disant amoindris par les absences, les repos ou une épidémie de grippe. La confiance et la dynamique ont fait le reste, il semble bien qu’elles ne se soient pas encore envolées.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?