Australie : Michael Hooper - Fraser McReight, joli duel à distance

  • Michael Hooper, le capitaine des Wallabies.
    Michael Hooper, le capitaine des Wallabies. Dave Lintott / Icon Sport
Publié le

Un nouveau troisième ligne a émergé du côté de Brisbane. Il s’appelle Fraser McReight, mais problème, il joue exactement dans le même registre que Michael Hooper, le capitaine des Wallabies.

L’Australie est en train de voir éclore un nouveau joyau en troisième ligne, Fraser McReight. L’ancien capitaine des moins de 20 ans Australiens fait un début de saison tonitruant avec les Reds. Il est cité à chacune de ses apparitions comme l’un des fers de lance de la franchise de Brisbane. On l’a vu récemment énorme lors d’un match face aux Hurricanes, même si au final son équipe a perdu.

Rennie veut de la disparité

La question de son avenir se pose car, sur son passage, se trouve le capitaine des Wallabies, Michael Hooper des Waratahs qui, à 30 ans et avec 115 sélections au compteur, n’est pas prêt à passer la main. Dave Rennie, l’entraîneur de l’Australie, n’a pas caché qu’il n’avait pas du tout l’intention d’aligner les deux joueurs ensemble sous le maillot des Wallabies, sous peine de rompre l’équilibre de sa troisième ligne.

En effet, les deux joueurs ont un physique similaire (1m84 pour 102 kg pour McReight contre 1m82 pour 101 kg pour Hooper) et une forme de jeu aussi similaire - très forts en défense et au grattage, excellents balle en main. On se souvient que l’expérience de deux troisième ligne au profil similaire a déjà été tentée en Australie avec George Smith et Phil Waugh au début des années 2000 et avec le duo Pocock – Hooper lors de la Coupe du monde en 2015. Il semble que ces temps sont révolus et il va falloir que Dave Rennie fasse des choix difficiles dans les mois qui viennent.

En Australie, les gens de la Fédération sont inquiets car Fraser McReight est le prototype du jeune talent sur qui un club français ou anglais pourrait faire un effort salarial. On sait que les joueurs modernes ont de moins en moins de scrupules à monnayer précocement leur talent dans l’hémisphère nord. Fraser McReight compte déjà deux sélections, chaque fois contre les All Blacks en 2020 et 2021 en tant que remplaçant. Mais il n’a pas été choisi lors de la dernière tournée européenne des Wallabies.

Mais pour lui il n’est pas question de choisir la solution de facilité, un exil juteux en Europe ou au Japon : « J’ai été très clair quant à mon désir de jouer pour les Wallabies. À moi de donner le meilleur de moi-même à l’entraînement et en match afin de pouvoir prétendre à une place dans le groupe. Mais je tiens à y être. » 

Tout le monde se dit que la prochaine tournée des Anglais en Australie sera un test pour lui. Personne ne comprendrait qu’il ne soit pas sur les feuilles de match, quitte à être la doublure, proche de Hooper ou que Rennie change son fusil d’épaule.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérôme PREVOT (avec J. B.)
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?