Montauban dit adieu à son guerrier Kelly Meafua

  • Magnifique dernier hommage du Stade Sapiac à Kelly Meafua, en présence de ses supporters les plus fervents et de la plupart de ses coéquipiers. Jean-Claude Maillard et David Gérard ont notamment pris la parole pour évoquer l’homme et le joueur qu’il était. Photos Manon Moreau
    Magnifique dernier hommage du Stade Sapiac à Kelly Meafua, en présence de ses supporters les plus fervents et de la plupart de ses coéquipiers. Jean-Claude Maillard et David Gérard ont notamment pris la parole pour évoquer l’homme et le joueur qu’il était. Photos Manon Moreau
  • Montauban dit adieu à son guerrier
    Montauban dit adieu à son guerrier
  • Les amis de Kelly Meafua sont venus lui rendre un dernier hommage
    Les amis de Kelly Meafua sont venus lui rendre un dernier hommage
Publié le

Ce lundi, c’est sur la pelouse de Sapiac que les Montalbanais se sont réunis pour rendre un hommage poignant à Kelly Meafua. Tragiquement disparu dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 mai, après une chute du pont-Vieux. Il aura marqué les esprits et les cœurs.

"C’est plus qu’un club, c’est une ville qui est touchée. À Montauban, on est unis dans les bons et les mauvais moments. Et là c’est un moment terrible". Sebastien Genibre, président des Ultras Sapiac sait à quel point la disparition tragique de Kelly Meafua, dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 mai, impacte moralement la cité montalbanaise. D’ailleurs, ils étaient plusieurs centaines à se réunir ce lundi, sur la pelouse de Sapiac, pour rendre un poignant hommage à un garçon qui a su se rendre indispensable à la vie du groupe vert et noir. Que ce soit humainement ou sportivement. Joueurs, staff, membres du club, anciens joueurs, amis et proches du Samoan étaient réunis dans un seul but : dire au revoir à leur frère. "Je suis impressionné de voir autant de monde, remarquait d’ailleurs David Gérard, les larmes aux yeux, lors de son discours. Mais quand on connaît la qualité de l’humain qu’était Kelly, il n’y a rien d’étonnant". C’est vrai que Meafua était apprécié de tous. Grand enfant, un trait de caractère revient sans arrêt lorsque vient le moment de le décrire : son sourire et sa joie de vivre.

Chouchou du public

Certains diront d’ailleurs que ce n’est pas un hasard si le soleil semblait briller plus fort que d’habitude ce jour-là sur Montauban. Kelly Meafua était un homme rayonnant, qui étonnait son monde par sa perpétuelle bonne humeur. "Je le vois en train de se foutre de notre gueule là, s’imaginait Gérard. De me dire "fuck" parce qu’il le disait 150 fois par jour !" Le stade de Sapiac était en tout cas à l’effigie de son protégé. En son centre, un espace était réservé afin que ceux qui le souhaitent puissent poser quelques gerbes de fleurs sur un grand drapeau samoan étalé au sol. Devant celui-ci, se trouvait une estrade où le président, Jean-Claude Maillard et le manager David Gérard ont notamment pris la parole. Sur les écrans géants, des vidéos de ses exploits étaient diffusées continuellement. Enfin, une photo du guerrier souriant a été soigneusement placée par les Ultras Sapiac, devant la tribune où ils ont l’habitude de scander son nom. "Kelly c’était notre idole, assurait Sebastien Genibre. C’était l’homme qui venait près des supporters à la fin du match pour faire le clapping. L’image de Kelly c’était ça. Le mec toujours joyeux qui faisait ce lien à la fin du match entre le staff, les joueurs et les supporters."

"Le rendre immortel"

Sous une chaleur étouffante, la musique samoane diffusée à travers de grandes enceintes créait une atmosphère très spirituelle et chargée en émotion. Un sentiment largement accentué par les longues secondes de silence qui ont précédé les discours. Quelques secondes où les joueurs, placés en deux groupes de chaque côté de l’estrade, ont pu croiser le regard des supporters et partager leur peine. Très proche de Meafua, Maselino Paulino était placé au premier rang aux côtés de la famille de son compatriote. Le colosse était en larmes. Tout comme Dimitri Vaotoa, qui a lui préféré rester en retrait, assis sur le banc de touche. " J’ai un groupe qui est très pudique", confiait David Gérard. Christopher Vaotoa, qui a tenté de sauver son coéquipier en sautant lui aussi du pont-Vieux, n’était pas présent. "C’est dur pour lui. Il a besoin de nous, il a besoin de sa famille, expliquait Gérard. Il n’était pas là ce soir parce que c’était trop compliqué pour lui." Saia Fekitoa, qui se trouvait aussi sur le pont, mais qui a été retenu par un secouriste qui passait par là, était lui bien présent à la cérémonie. "Ma fille de huit ans a su trouver les mots pour me faire du bien, racontait Gérard. Elle est fan de Coco, le dessin animé de Disney. Et dedans, ils disent que tant que tu penses à une personne, elle vivra toujours. Donc à nous de rendre Kelly immortel en pensant à lui tout le temps. Et on va le rendre immortel, parce qu’on va l’amener avec nous dans le vestiaire et un peu partout." Si Meafua ne sera plus physiquement aux côtés des Montalbanais, il restera à coup sûr dans leur mémoire et dans leur cœur. Toujours avec son sourire et sa bonne humeur. Au revoir Kelly.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?