Pro D2 - La demie pour Bayonne, le maintien pour Rouen : double joie à Jean-Dauger !

  • L’enceinte basque avait lancé la saison de Pro D2 par un alléchant Bayonne-Agen. Elle a accueilli, pour cette dernière journée, un choc des extrêmes, entre deux équipes aux ambitions opposées.
    L’enceinte basque avait lancé la saison de Pro D2 par un alléchant Bayonne-Agen. Elle a accueilli, pour cette dernière journée, un choc des extrêmes, entre deux équipes aux ambitions opposées. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’enceinte basque avait lancé la saison de Pro D2 par un alléchant Bayonne-Agen. Elle a accueilli, pour cette dernière journée, un choc des extrêmes, entre deux équipes aux ambitions opposées.

Basques et Normands jouaient gros, jeudi soir, sur la pelouse de Jean-Dauger. Quand les premiers visaient une demi-finale à domicile et se livraient un duel à distance avec Oyonnax, les seconds arrivaient sur la Côte basque pour sauver leur place en Pro D2. À 800 km de là, Bourg-en-Bresse rêvait d’en faire de même. Pour autant, Rouen ne voulait compter que sur soi-même pour se maintenir. Pour ce dernier match de la phase régulière, 10 607 personnes s’étaient réunies dans un stade Jean-Dauger malheureusement toujours amputé d’une tribune en travaux. Ici, les membres du BOC (Bayonnais d’Origine Certifiée, N.D.L.R.) coloraient leur tribune avec une poudre bleue lancée en l’air à l’entrée des joueurs, pendant qu’une belle Peña Baiona retentissait. Là, les quelques supporters normands donnaient de la voix pour pousser derrière leurs "Lions". Léo et Paul, deux d’entre eux, nous glissaient d’ailleurs, avant la rencontre : « Nous sommes sereins, car notre équipe est capable du meilleur, sous pression, surtout lorsqu’elle joue à l’extérieur. Et puis, vous savez, la saison ne se jouera pas ici. »

Et Jean Dauger s’est mis à chanter…

Sereins, les supporters normands n’allaient pas le rester longtemps. Après un bon début de match des Basques, le Rouen Normandie Rugby était mené 22 à 6 à la pause. Et certains Bayonnais chantaient, déjà, après le second essai signé Maqala : « On est en demi, on est en demi. » Avec trois essais à rien, c’était vrai à la pause et le public de Jean-Dauger, parfois timide cette saison, donnait cette fois-ci de la voix.

La suite ? Elle voyait l’Aviron bayonnais conserver et même accroître son avance. « Qui ne saute pas n’est pas bayonnais », se mettait alors à chanter Dauger après l’essai d’Usarraga. « Hegoak » suivait quelques minutes plus tard. Bayonne et le stade Jean-Dauger pouvaient alors savourer. Après une saison marathon, les Basques ont rempli l’objectif en début de saison et joueront une demi-finale à domicile dans deux semaines. Un rendez-vous où le public bayonnais enfilera, à coup sûr, son habit des grands soirs.

Battu et clairement passé à côté de son match, Rouen, après l’annonce de la défaite de Bourg-en-Bresse à Grenoble, pouvait à son tour laisser exploser sa joie. Les Rouennais évolueront toujours en Pro D2 la saison prochaine. Un vainqueur, un vaincu, mais deux équipes heureuses…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?