TO, un match à ne pas perdre

  • Les Toulousains d’Olly Ashall-Bott n’ont pas le droit à l’erreur. Une victoire leur permettrait de les relancer dans le championnat. Photo S. B.
    Les Toulousains d’Olly Ashall-Bott n’ont pas le droit à l’erreur. Une victoire leur permettrait de les relancer dans le championnat. Photo S. B.
Publié le

Toulouse accueille la formation anglaise de Wakefield ce dimanche (15h30) à Ernest-Wallon. Une rencontre majuscule pour le TO qui n’a déjà pas le droit à l’erreur.

Nouveau rendez-vous majeur à Ernest-Wallon ce dimanche (15 h 30) avec cette fois la réception d’un concurrent direct au maintien, l’équipe de Wakefield. Après onze journées, Trinity compte déjà deux victoires de plus que les Olympiens. Il y a donc impératif de succès ce dimanche, puisque rappelons-le, le dernier de la phase régulière, à l’issue des vingt-sept journées, descendra en Championship. Le TO a encore son avenir entre ses mains. Premier acte, battre Wakefield et revenir une victoire, sachant que ces deux adversaires se retrouveront lors du Magic week-end à Newcastle (samedi 9 juillet). Toulouse qui comme les Dragons catalans a bénéficié d’un week-end sans match, demi-finales de Cup obligent, prépare deux rendez-vous en cinq jours avec un déplacement à Huddersfield prévu vendredi prochain. Mais il ne fait pas se tromper, les Bleu et Blanc de Sylvain Houlès jouent gros, très gros ce dimanche. Et la suite de leur saison dépendra de leur performance face au Wakefield de David Fifita qui s’est imposé chez lui à l’aller (18-6). "Il y a des matchs à ne pas perdre et les trois contre Toulouse en font partie", avait déclaré après la victoire le coach Willie Poching.

Prendre des points

Si lors de la première manche, les Olympiens ne savaient pas où ils mettaient les pieds et l’enjeu qui représentait cette opposition directe, deux mois après, la donne a changé. Le pilier Romain Navarrete se montre catégorique. "Je pense que c’est un de nos concurrents directs au maintien, ce qui en fait un grand match. On a également à cœur de montrer qu’à l’aller, nous n’avons pas joué à notre meilleur niveau. Nous les attendons de pied ferme à Wallon pour qu’ils voient de quoi nous sommes capables." À ses côtés, l’arrière Olly Ashall-Bott, passé par Wakefield, assume le fait que le résultat de cette rencontre peut dessiner la suite du chemin de sa formation. "Cela peut être un tournant pour notre saison. Nous aimons beaucoup jouer à Ernest Wallon, sous le soleil et devant notre public. Une victoire nous ferait beaucoup de bien, et je pense que cela pourrait nous relancer dans le championnat. En tout cas, l’enjeu est là, on le sait et on n’a pas le droit à l’erreur."

Le TO et son encadrement ne sont pas du genre à faire des calculs. Leur seule préoccupation est de gagner, de prendre les points et d’avance avant les mois de juillet et d’août où le TO aura dix rencontres à disputer, dont cinq en Angleterre et à l’occasion de trajets plus délicats en période estivale. Mais Tony Gigot et les siens n’en sont pas là, eux qui espèrent que l’apport de l’ouvreur australien Corey Norman et du pilier international Italien Daniel Alvaro qui déboulent de la NRL leur permettront d’atteindre leur objectif, le maintien.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?