Albi, qualifié en demi-finale de Nationale : la logique et les sueurs froides

  • Albi, qualifié en demi-finale de Nationale : la logique et les sueurs froides
    Albi, qualifié en demi-finale de Nationale : la logique et les sueurs froides DDM - EMILIE CAYRE
Publié le

Albi se qualifie en demi-finale en venant à bout d’une équipe de chambéry qui a chèrement vendu sa peau !

Albi aime donner des sueurs froides à son public. Ce dernier s’est dit après que son équipe a marqué trois essais pour mener 21 à 6 au bout de trente minutes de jeu que le match allait se passer sans encombre et qu’on allait assister à un festival offensif. Dominateurs en touche, sûrs de leur rugby, les Albigeois ont récité leur début de match. Même la sortie du demi d’ouverture Théo Vidal au quart d’heure de jeu n’a pas grippé l’attaque Tarnaise. L’entrée de Benjamin Caminati fut en tout point déterminante. Le futur ex Jaune et Noir, dont son coach dit « qu’il pue le rugby », qui, blessé, n’avait plus joué depuis mi-Mars, a livré un match majuscule. Ajoutez-y un Lucas Guillaume et un Matthieu André aériens, un Jacques Engelbrecht toujours aussi intelligent dans son rugby et une paire de centres Sialafaï Léana-Robinson tranchantes et l’affaire était conclue. Mais alors que son adversaire était K.-O. debout, Albi a décidé de donner des frissons aux spectateurs. Le syndrome Niçois se serait-il glissé dans l’édifice albigeois ? Toujours est-il qu’ils ont laissé les Savoyards revenir dans le match en encaissant trois essais consécutifs dont un dernier sur la sirène qui laissa le Stadium interdit.

Retours aux fondamentaux

Dans quel état d’esprit les Albigeois allaient revenir sur le terrain ? La question était sur toutes les lèvres. Pour le coach les murs n’ont pas tremblé. Au regard de la première mi-temps, Mathieu Bonello savait que ses hommes étaient dans leur match, il fallait juste revenir aux fondamentaux. Albi s’est recentré sur ses forces dont la touche et les ballons portés. Le second acte fut moins enlevé que le premier, mais les quatrièmes du championnat ont montré que leur place en demi-finale n’était pas galvaudée. Ils ont annihilé les quelques velléités Savoyardes sans jamais les laisser espérer renverser la vapeur. Cette équipe sait faire preuve de maturité dans les moments clés.

Qualifiés pour les demi-finales face à l’ogre Massicois qui a ultra-dominé la phase régulière, les Albigeois vont changer de statut avec un nouveau rôle, celui d’outsider. De chassés ils vont se muer en chasseurs avec l’objectif de déjouer tous les pronostics qui font du club de l’Essonne, le prétendant incontesté à la Pro D2. Son parcours en championnat l’atteste. Mais comme le dit Mathieu Bonello, les compteurs sont remis à zéro en phase finale. À l’inverse des quatre dernières années où Albi a toujours clamé son désir de monter avec parfois une maladresse qui prêtait à sourire, le club par la voix de son manager n’en a pas fait un objectif. Mais n’allez pas croire que lui et ses joueurs ne vont pas tout faire pour faire perdre les bookmakers. La naïveté a ses limites.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Renaud SOREL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?