Manevy, le seul "minot" de Nevers

  • Pro D2 - Guillaume Manevy, demi de mêlée de Nevers
    Pro D2 - Guillaume Manevy, demi de mêlée de Nevers Icon Sport - Pierre Costabadie
Publié le

Au club depuis les mini-poussins, Guillaume Manevy va vivre son premier match de phase finale en Pro D2, dans son stade de toujours.

C’était le temps où l’USO Nevers Rugby ferraillait anonymement dans les strates fédérales. Guillaume Manevy, 24 ans aujourd’hui, suivait son grand frère Jean-Baptiste au Pré-Fleuri, à l’école de rugby : "J’ai commencé en mini-poussins, un an après lui." Le petit blond, "pur Neversois", grandit avec un club qui bascule dans une nouvelle ère à la fin des années 2000, quand Régis Dumange crée la Sasp : "On était un petit club de Fédérale 3, avec une seule tribune, qui vivait bien. Quand M. Dumange est arrivé, on a senti un élan pousser le club."

Guillaume Manevy, lui, accroche son petit gabarit dans la prodigieuse ascension, numéro 9 dans le dos : "J’ai fait toutes mes classes à Nevers, jusqu’en Espoirs. J’ai toujours été un grand sportif, j’ai fait de l’athlé, du judo, mais le rugby a toujours été primordial pour moi. J’ai pris conscience que je pouvais en faire un métier. Je ne suis pas vraiment un joueur de talent, mais je suis travailleur."

Jeudi, son cœur battra fort

Peaufinée dans le rugby à VII, où il se révèle jusqu’en équipe de France, sa vitesse naturelle ne lui permet toutefois pas d’être conservé dans son club formateur, en 2018 : "Je suis parti à Aubenas, en Fédérale 1. Ça m’a fait grandir, et revenir plus fort. C’était un mal pour un bien. Je remercie le club pour ça." Une saison plus tard, le voici de retour à Nevers, avec un solide concurrent en place, Joris Cazenave, "un des meilleurs demis de mêlée de Pro D2".

Il s’installe dans la rotation (24 matchs, la moitié comme titulaire), avant de voir arriver, l’été dernier, un nouveau rival, l’ex-Agenais Yoan Cottin : "J’ai manqué de confiance en début de saison, j’étais dans un rôle de numéro 3. Puis il y a eu des blessures, et j’ai pu avoir ma chance. Montrer ma niaque, prouver que le minot avait faim de victoires."

Neuf fois titulaire sur le dernier tiers de la saison, le seul Neversois du groupe s’apprête à vivre son premier match de phase finale de Pro D2, dans son Pré-Fleuri métamorphosé. Comme un rêve en abyme, celui du club, et le sien : "Quand j’étais à l’école de rugby, je n’aurais jamais imaginé Nevers à ce niveau, avec moi sur le terrain en plus. Je ne m’attendais pas à vivre ça un jour."

Jeudi soir, le cœur de Guillaume Manevy battra sans doute plus fort que celui de ses coéquipiers : "Il y aura ma famille, mes amis dans le stade. Il va y avoir pas mal d’émotions. Mais je vais rester focus sur l’objectif, pour gagner ce match et aller voir plus haut. On s’est pelé toute cette année pour aller chercher cette qualification, on ne lâchera pas. On est conscient de nos forces et de nos faiblesses, on va préparer ce match intensément."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Chabard
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?