Après l’espérance, un cap à franchir à Toulouse pour les Bleus

  • Paulin Riva et ses coéquipiers ont à cœur de bien figurer dans cette étape française au cœur de la ville rose. Photo Icon Sport
    Paulin Riva et ses coéquipiers ont à cœur de bien figurer dans cette étape française au cœur de la ville rose. Photo Icon Sport
Publié le

Porté par sa nouvelle vague et ses cadres, France 7 attend de réaliser la performance qui validera les efforts de sa saison. À Toulouse, les Bleus veulent franchir un palier.

"Il y a beaucoup d’excitation à l’idée de jouer en France. Tout le monde a envie de faire un beau tournoi, un bon tournoi surtout. C’est un gros challenge qui nous attend pour aller chercher une médaille." Le rendez-vous tant attendu est arrivé. Depuis octobre dernier et la divulgation du calendrier, Paulin Riva et ses partenaires ont coché la date du rendez-vous toulousain, septième des neuf étapes du circuit mondial.

Leur impatience et cette envie de bien faire ont depuis été renforcées par des prestations aussi encourageantes que frustrantes : "Ça fait quelques tournois que nous ne sommes pas loin mais nous ne sommes pas encore arrivés à atteindre le podium, souffle le capitaine. Pourtant, on sent qu’on est bons sur le terrain, qu’il y a du potentiel dans cette équipe. On a battu les Fidji, fait nul contre l’Argentine quand elle a gagné à Vancouver… Maintenant, il faut devenir une grande équipe pour que les moments décisifs basculent en notre faveur."

"L’ambition d’être dans le top 4"

Rajeuni et revitalisé par le déferlement d’une nouvelle vague incarnée par les Epée, Trouabal et autres Sepho, France 7 entend désormais canaliser cette fougue pour convertir ses promesses en résultats : "Ça fait du bien d’avoir tous ces jeunes avec nous, ils amènent un rugby différent, plus frais, avec de l’insouciance. Je prends beaucoup de plaisir avec eux. Il y a beaucoup de sérieux et d’investissement à l’entraînement aussi. Collectivement, c’est le moment de grandir dans les têtes désormais pour que tout ça paye." Toulouse peut être un tournant. Avec une poule homogène composée des Fidji, du Kenya et du pays de Galles et un contexte particulier, la force mentale des troupes de Jérôme Daret va être mise à rude épreuve : "Ce n’est pas facile à appréhender, il faudra bien rester concentré sur la durée et ne pas surjouer, avertit l’expérimenté Paulin Riva. Je me souviens qu’à Paris, d’ordinaire, il y avait souvent beaucoup d’excitation et d’envie sur le premier match. La clé sera de monter en puissance au fil du week-end en gardant la tête froide." Pour suivre l’objectif d’un dernier carré dans la Ville rose. "À terme, il y a aussi l’ambition d’être dans le top 4 du circuit mondial, on en a les moyens", avance le Gersois. Pour l’heure, les Bleus sont septièmes, à six longueurs seulement de la quatrième place détenue par les Américains. Ils en sont convaincus : même sans Nelson Epée, absent pour blessure, le meilleur reste à venir. "L’objectif principal de l’année, c’est d’aller chercher la médaille à la Coupe du monde au Cap. D’ici là, il nous faut gagner en confiance." Quoi de mieux qu’un bon résultat à la maison en guise de déclic ?

 

Le groupe

Jonathan Laugel, Nisié Huyard, Joris Simon, William Iraguha, Marius Domon, Paulin Riva (cap.), Esteban Capilla, Pierre Mignot, Aaron Grandidier, Thibaud Mazzoleni, Joachim Trouabal, Jordan Sepho, Guillaume Bouche.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?